L’ENFANT QUI SE DEMANDAIT D’OU IL VENAIT…

IMGP1898 (Copier)

L’adoption n’est pas un sujet tabou à la maison. Sans y penser au quotidien, quand il le faut, on aborde la chose aisément. Je n’ai pas lu 300 livres sur le sujet. Je n’ai pas dû en finir un seul en fait. Je ne prétends pas tout savoir. Je préfère juste me fier à mon instinct et chercher conseil et réconfort auprès de mes amies qui ont vécu, ou pas, une adoption, et qui sont mamans, ou pas.

Mon grand se pose beaucoup de questions. Certaines sortent sous le coup de la colère, d’autres par inquiétude, d’autres pour comprendre. Il y a aussi toutes celles qu’il n’ose pas, de peur de la réponse, de peur de nous blesser, parce qu’il ne sait pas au fond s’il veut savoir ou pas.

On lui a expliqué (enfin c’est surtout moi qui m’y colle), qu’il avait le droit de nous demander tout ce qui lui passait par la tête, qu’aucune question ne nous ferait mal. Mais que s’il les gardait pour lui, ça pourrait lui faire du mal, à lui.
On a tenté de le rassurer, le déculpabiliser, en lui indiquant que si vraiment il ne voulait pas nous demander certaines choses à nous, il y avait toujours d’autres adultes ou des copains à qui en parler. Que ça ne nous vexerait pas.

Maintenant qu’il sait lire, des livres sur le sujet trainent dans la bibliothèque. D’ailleurs, souvent, quand il en prend un, il le fait sans aucune discrétion, avec un maximum de bruit, genre « oh oh, je regarde un livre » comme pour nous montrer qu’il a un truc à dire mais qu’il n’ose pas ou ne sait pas comment le faire. Je le laisse parfois cogiter, parfois j’interviens. Selon son humeur, et selon mon humeur.

Ses questions tombent souvent quand on s’y attend le moins, comme un cheveu sur la soupe. Sinon ce ne serait pas drôle. Malgré l’habitude, ça surprend toujours. Par période, le sujet revient souvent sur le tapis. Par période, il disparait des discussions.

On adapte nos réponses à son évolution ; à ce qu’on croit qu’il est prêt à entendre, à comprendre, ou pas. Répondre sans mentir, sans édulcorer, sans faire mal, ne s’improvise pas. Pourtant, nous improvisons. C’est aussi ça être parent. Une bonne dose d’improvisation. A nous d’être à la hauteur de cette vie qui nous a été offerte. Attention, comme je l’ai déjà dit, nos enfants sont comme les autres. Ils nous font chier souvent parfois. Et nous sommes comme tous les parents. On commet des erreurs souvent. Nous aussi nous lâchons des « faites des gosses qu’ils disaient » à la pelle.

Quand il a commencé à demander et redemander pourquoi sa sœur avait été abandonnée, j’ai fini par comprendre qu’il parlait de lui en réalité. Pourquoi on l’avait abandonné, lui. Alors j’y suis allée franchement : « écoute mon grand, ça fait 100 fois que tu me demandes pour ta sœur. Pose-moi les vraies questions ! »
Il m’a regardé avec un sourire en coin. Puis a balancé : « Pourquoi on m’a abandonné? Parce que je ne suis pas assez bien ? Qui m’a donné mon prénom? Pourquoi c’est pas pareil pour ma sœur? Pourquoi pour moi on ne sait rien ? Pourquoi vous m’avez choisi ? J’ai couté cher ? »…

A ses questions je réponds quand je peux. Je verbalise quand je peux (ouais, j’ai été éducatrice dans une vie antérieure, alors je verbalise). En vrac ça peut donner ça : « on ne t’a pas acheté. Quand on adopte en France, il n’y a pas d’argent à donner ». « Oui, pour ta sœur on a donné de l’argent. Mais ce n’était pas pour l’acheter ; c’était pour payer les personnes qui l’ont nourrie, soignée, et pour les personnes qui se sont occupées de faire tous les papiers là-bas ». « Je ne sais pas qui a choisi ton prénom. Mais on a décidé de le garder parce que c’est celui qu’on aurait choisi ». «Je comprends que ça t’inquiète, que tu sois déçu de ne pas avoir plus de réponse ». « Un jour, quand tu auras 18 ans, si ta mère biologique a laissé une lettre, t’en sauras peut-être plus. Mais ça, mon grand, je n’en sais rien ». « Si elle n’a rien laissé, il faudra que tu apprennes à être heureux avec ce que tu as, toi, ta famille, ton histoire. Je sais que ce n’est pas juste. Tu as le droit d’être en colère. Mais je ne vais pas te mentir et t’inventer une histoire qui n’aura pas été la tienne ». « Ce que tu ne sais pas te manquera, mais seul toi pourra faire en sorte que ça ne pourrisse pas ta vie. Tu devras apprendre à vivre et être heureux avec ce que tu as, et ce que tu n’auras peut-être jamais ».
A sa question « pourquoi vous m’avez choisi moi ? », spontanément, j’ai répondu « On ne t’a pas choisi ». Dans ma bouche d’adulte, ce n’était qu’une réalité énoncée. J’ai lu dans sur son visage, non pas de l’inquiétude, mais de l’incompréhension. Alors j’ai ramé pour tenter de rattraper le coup. « Ce n’est pas les parents qui vont là où sont les enfants à adopter et qui disent « oh, celui-là il est beau, on le prend ! » Non. Ce sont des gens, dont c’est le travail, qui ont décidé que pour toi, ce serait nous les parents. Ensuite, nous, quand on t’a rencontré, on avait le droit de dire si on voulait être tes parents ou pas. C’est là qu’on a choisi. Et comme tu peux le voir, tu es là. On a décidé que tu serais notre fils, pour toujours. Et même quand tu nous soules ou que tu es insupportable, on t’aime. Alors tu vois à quel point on t’aime si on considère que t’es carrément insupportable ! » Les chiens ne font pas de chats. Mon fils comprend mon humour pourri ; il a le même.

Ces mots ne sont pas faciles à dire. J’ai toujours la crainte d’en dire trop, pas assez, mal. Le fameux fil du rasoir. Je sais que c’est dur à encaisser pour lui. Mais je ne veux pas inventer. Dire qu’il a été abandonné par amour est un risque. C’est joli sur le papier, mais la vérité c’est qu’on n’en sait rien. Si on lui dit ça et qu’un jour il apprend une autre vérité, on pourra faire une croix sur la confiance établie. Et puis dire à un enfant adopté qu’on peut être abandonné par amour, j’imagine l’angoisse que ça doit générer : « mes parents me disent qu’ils m’aiment sans arrêt… ils peuvent donc m’abandonner, eux aussi… ? »

Mon 8 ans grandit. Les jours où il me dit « je suis trop content que ce soit vous mes parents même si vous ne voulez pas que j’ai de DS« , je réalise qu’il devient un grand bonhomme.

Je parle beaucoup de notre 8 ans. Je n’oublie pas pour autant notre 3 ans (et demi !). Elle n’est pas encore dans la phase questions, angoisses… elle vit et profite de tout ce qui lui arrive avec l’insouciance d’une enfant de son âge. Mais un jour je te parlerai d’elle, de notre rencontre…

Publicités

A propos La Carne

Retrouvez mes tranches de vie, mes billets d'humour et d'humeur sur www.lacarne.blog ! A très vite!
Cet article, publié dans MON MOI, MON SURMOI ET MON ÇA, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

77 commentaires pour L’ENFANT QUI SE DEMANDAIT D’OU IL VENAIT…

  1. Cristophe dit :

    Il veut une DS ? Pourquoi pas la dernière Audi ?

    J'aime

  2. Cristophe dit :

    Sur le sujet, à regarder en film et/ou à lire en bande dessinée, je conseille le point de vue d’un adopté : Couleur de peau : Miel.

    http://1671137.fr/blog/2012/07/30/couleur-de-peau-miel/

    J'aime

  3. nalice7 dit :

    Merci pour ce petit moment de vie. Jeune dans le parcours de l’adoption, j’appréhende et j’ai hâte d’apprendre à mes enfants à vivre avec leur histoire et à construire la notre.
    Ca donne le sourire. 🙂
    Au plaisir d’en lire plus sur 3ans.

    J'aime

    • La Carne dit :

      je sais que ce que je vais te dire est « facile à dire ». mais n’appréhende pas. De toute façon, à des périodes différentes, on (enfant et parents) sera confronté à cette histoire. Sincèrement, répondre le plus naturellement possible, le plus sincèrement possible est déjà une bonne base je pense. Ensuite, il ne faut pas tout focaliser sur l’adoption comme certains le font encore. mais pas non plus faire comme si de rien était. le fil du rasoir. on jongle. on se plantera parfois. parfois on fera mouche. De toute façon, quoiqu’on fasse, comme tous les gosses, ils auront un tas de choses à nous reprocher plus tard! 😉 mais si tu veux en papoter par mail, pas de souci! 🙂

      J'aime

  4. fedora dit :

    ne pas mentir… tout dire mais avec des mots adaptés… qu’un enfant peut comprendre… car un enfant peut tout comprendre quand on lui explique… chaque histoire d’enfants et de parents à ses particularités, ses difficultés… en te lisant, en pensant aussi à mon propre cas, je me dis que la vie de gosse est pas si facile que ça… sinon, je confirme, couleur de peau miel c’est vraiment un chouette bouquin…

    J'aime

    • La Carne dit :

      la vie de gosse n’est pas toujours facile en effet. d’autant que, déjà nous adultes parfois on ne va pas bien sans trop savoir pourquoi… pour les enfants, ça se manifeste encore plus fort… s’adapter… faire au mieux… et admettre que, de toute façon, on a fait et fera encore des erreurs…
      Je vais essayer de me procurer ce livre! 🙂

      J'aime

  5. Oscara dit :

    C’est tellement fort l’amour qu’on a pour un enfant, son enfant ! Même s’il est venu d’ailleurs.

    J'aime

  6. ange-line dit :

    je pense que ce petit-grand a beaucoup de chance de vous avoir comme parent quand dans certain milieu l’adoption ne se prononce même pas au moins lui et sa soeur grandiront dans la vérité et donc forcément l’amour et oui quelque soit l’origine de la parentalité on fait tous des erreurs que l’on rattrape vite à grand coup de câlin bonne soirée

    J'aime

    • Lydoue dit :

      Vade retro satanas! Sortons crucifix et gousses d’ail… Le mot « chance » est lâché… La Carne va sévir!… (Voir billet précédent pour plus ample informé! 😉 )

      J'aime

    • La Carne dit :

      Lydoue et Pat ont déjà répondu, rapport à la chance… 😉 tu pourras lire le précédent billet (c’est une trilogie), mais pour te la faire courte, ils n’ont pas eu de chance. ils ont enfin eu droit à un nom et une famille! C’est nous, parents, qui avons eu de la chance! 🙂
      pour le reste, heureusement, de nos jours, l’adoption est de moins en moins cachée aux enfants. on a compris l’importance de ne pas nier cette partie de leur histoire pour leur construction. 🙂

      J'aime

      • ange-line dit :

        désolée je n’ai pas lu les précédent billets ce que je vais faire évidement, quand je parlais de « chance » c’était rapport que toi et ton chéri vous semblaient être de personnes sincéres et aimante et bien évidement vos petits ont un passé assez terrible et qu’ils devront « faire avec » et essayé de construire leur histoire malgré tout et je pense que vu vos réactions face à leur question ils ont de la chance (je vais me faire engueuler) que vous puissiez leur répondre avec sincérité vérité et amour, si je t’ai blessée dans mes propos je m’en excuse je file lire les autres articles vite vite bonne journée

        J'aime

  7. on est en plein dans les procédures…. pour avoir l’agrément… je me pose beaucoup de question sur cet enfant qui va arrivé, sur mon futur enfant… son histoire… merci pour ce partage!!

    J'aime

  8. Coucou dit :

    Magnifique…Vivre avec ce qu’on a et ce qu’on a pas, voila ce qu’il faut enseigner à ton fils comme tu le fais si bien pour que demain il ait les épaules assez larges pour assumer son histoire quelle qu’elle soit

    J'aime

  9. Lydoue dit :

    Instinct. Ouais, sans aucun doute.
    Educ spé. A coup sûr.
    Pas de bouquin sur l’adoption, mais tant d’autres écrits sur l’accompagnement de la souffrance, la pédagogie, l’écoute active, etc…

    Carnouillette… S’il te plaît, tente d’être publiée par la presse. Te lire aiderait bien des gens qui pataugent… Même si (Je précède ta réponse), tu ne détiens pas la vérité absolue. 😉

    J'aime

    • La Carne dit :

      pas spé non! 😉 EJE. en réalité, même pendant la formation, j’ai très peu lu. ça me gavait. mais j’ai fait un stage de 6 mois en pouponnière et un de 6 mois en MECS. j’ai appris beaucoup là, dans l’échange, l’observation et ensuite en bossant quelques années.
      puis j’ai été pas mal investie dans une asso qui accompagnait les parents qui voulait ou avait adopté. mme la présidente j’étais… 😉 alors je me suis tenue un minimum informée. ça plus les cours en école d’EJE m’aident pas mal au quotidien… même si parfois je me dis que putain, les cordonniers sont vraiment les plus mal chaussés! 😉

      pour la presse, j’ai déjà témoigné, presse écrite, radio et télé. Oui madame, je suis une star! 😉 mais sur mon ile, ça reste super restreint… 🙂 pis bon… après ça, que pourrai-je rajouter….
      encore qu’en cherchant bien… 😉

      J'aime

      • Lydoue dit :

        EJE, éduc spé, les méthodes restent plus ou moins les mêmes je pense…
        Présidente… Star… Bon c’est décidé, je lui parle à la 3ème personne!
        En est-elle satisfaite? Voire honorée?!
        Sa Grandeur na sans doute guère à chercher pour trouver quoi dire encore… Sa Grandeur est un puits de science! Sa Grandeur est. Et cela justifie le reste.

        J'aime

  10. mamengagee dit :

    Pas de pathos, de la vie, intense et authentique.
    Tu verbalises et j’aime ça.
    Je plussoie le commentaire précédent, publie, te lire pourrait faire beaucoup de bien à de nombreuses personnes.

    J'aime

  11. ifeelblue dit :

    le fameux fil du rasoir! j’en ai parlé récemment avec une amie qui a été adoptée, le fait de répondre aux questions, de montrer qu’on est ouvert à la discussion… ne surtout pas laisser l’adoption être un tabou… comme d’hab, j’aime te lire quoi! 🙂

    J'aime

  12. LaFeeDuLac dit :

    J’imagine que ce n’est pas simple, loin de là ! C’est vrai qu’il peut être tentant d’enjoliver ou d’imaginer ce que l’on ne sait pas, mais il faut mesurer le risque que cela représente… C’est bien de penser à tout ce que ça implique avant de lui dire quoi que ce soit… Et oui ça doit être dur de ne pas savoir, je me souviens d’avoir lu une fois un truc qui dit « un enfant adopté a d’abord été un enfant abandonné », et c’est une blessure, heureusement dans votre cas ils le savent…

    J'aime

    • La Carne dit :

      ils savent maintenant dans la plupart des cas. pas tous malheureusement, mais très souvent. Et oui, un enfant adopté a d’abord été un enfant abandonné. on me dit souvent « mais tu sais, meme les bios faut les rassurer »… ben là, c’est puissance 10…

      J'aime

  13. Juliette dit :

    Personnellement, je ne pardonne à mes parents aucun des mensonges proférés dans mon enfance « pour me protéger ». Je vous rassure, y en a pas beaucoup : principalement l’homosexualité de mon oncle et quelques bricoles.
    J’aime très fort mes parents. Mais il y a une part de confiance brisée par ces mensonges.

    J'aime

    • Lydoue dit :

      En même temps Juliette, en quoi le fait de savoir ce que tonton fait de ses fesses te regarde? Et ne penses-tu pas que c’est à la personne concernée d’en parler si elle le désire, et pas à autrui? Demande t-on à un hétéro de préciser ses préférences sexuelles?
      Je viens d’écrire sur le sujet justement… Si le cœur t’en dit, c’est mon avant dernier billet : « AAAAAAAAAAAAAH, LES PÉDÉÉÉÉÉÉÉÉÉÉÉÉÉÉS!… »

      J'aime

    • La Carne dit :

      @lydoue: oui mais quand ça devient un secret de famille, c’est lourd. comme une honte, un truc qu’on ne sait pas mais dont on sait qu’il se passe quelque chose…
      @Juliette. Nous ne mentons pas à nos enfants. enfin si: le père noel, la souris… pis parfois quand ça nous arrange pour des bricoles du quotidien… mais jamais sur les choses importantes. Moi aussi, quand mes parents ne me disent pas, encore aujourd’hui, un truc que tout le monde sait, ça m’énerve…

      J'aime

      • Lydoue dit :

        Certes… Mais ça reste tout de même à l’intéressé d’en parler. Si c’est un secret de famille, c’est bien que l’intéressé en premier lieu n’en parle pas… Sans quoi, plus de secret. 😉

        J'aime

        • La Carne dit :

          nan mais moi, je ne supporterai pas que tout le monde soit au courant d’un truc, et pas moi! ça m’énerve au plus haut point! 😉

          J'aime

          • Juliette dit :

            Ce n’est pas l’intéressé qui en faisait un secret, mais mes parents qui ne souhaitaient pas que l’intéressé en parle aux enfants, parce que oh mon dieu les pauvres…
            C’était totalement ridicule. J’ai compris quand j’avais 10 ans. Ma mère a fini par me le dire quand j’en avais 16. Donc, pendant 6 ans, j’ai vu mes parents mentir pour m’expliquer, entres autres, pourquoi tonton était tout nu dans la piscine avec un monsieur.
            Oui, mon oncle fait bien ce qu’il veut. Mais quand je voyais un couple hétéro et que je demandais « Ils font quoi les gens, là ? », on répondait « Ce sont des amoureux, ma chérie ». Mais pour mon oncle, on me disait : »Rien, ma chérie, il faisait tellement chaud qu’ils se sont déshabillés. Et puis après, comme il faisait encore trop chaud, ils ont décidé de se baigner. »
            Il était où le mal de me dire : « Ils sont amoureux, ma chérie ? »

            J'aime

            • Lydoue dit :

              OK.
              Il n’y avait aucun mal (Mâle? Ah bah si, même 2!!!), mais tu dois accepter les limites de tes parents à ce sujet. Tu sais, on fait ce qu’on peut en fonction de son éducation, son propre système de valeurs. Tes parents ne savaient pas comment te dire que tonton était amoureux d’un homme, c’était sans doute contre leurs principes, ça les choquait… Dans ce contexte, comment pouvaient-ils imaginer que tu ne le sois pas?!
              Et puis visiblement, je doute que tu aies 5 ans (Où alors, vla l’génie!!!)… Donc, reviens en arrière, pense à l’époque où tu étais gamine… Je te rappelle que la Gaule vient de s’étriper pour que le mariage homo soit légalisé!… Nous ne sommes pas des précurseurs en matière de liberté des mœurs…

              J'aime

            • La Carne dit :

              Lydoue, franchement, on ne va pas passer notre vie à jouer les âmes compréhensives! 😉 putain, quand tout le monde sait, quand t’as l’évidence sous le nez, un enfant qui demande, tu réponds! quitte à émettre un jugement derrière… mais tu réponds. moi, Juliette, j’la comprends et j’ai pas envie de faire dans la compréhension! 😉

              J'aime

            • Lydoue dit :

              Mais toi t’as pas envie, parce que tu peux, parce que tu as cette ouverture d’esprit, et naturellement et de par tes études et profession! Mais tout le monde n’en a pas la force. Pour certains, c’est une situation absolument choquante, insupportable. Alors comment pouvoir le dire à son gosse dans ce cas?! Bah on ne dit pas en pensant le protéger de ce dont, soi-même justement, on aurait souhaité être protégé, de ce qu’on n’aurait jamais voulu savoir!

              J'aime

            • Juliette dit :

              Mentir à ses enfants (même si on a ses raisons et qu’on les croit bonnes), c’est un choix. Et comme tout choix, il a des conséquences. Dans mon cas, je sais que mes parents sont capables de me mentir pour me protéger. Ben du coup, je n’entends plus leur parole de la même manière. C’est normal. Je sais que mes parents disent des trucs et que, parfois, c’est pas vrai ou pas tout à fait vrai.
              Je sais aussi qu’ils le font par amour, alors ça ne m’empêche pas de les aimer.

              J'aime

  14. kiarapapillon dit :

    « Mon fils comprend mon humour pourri ; il a le même. » Je trouve que cette phrase résume tout : un enfant adopté est un enfant comme un autre.

    J'aime

  15. missk123 dit :

    Dire les choses, c’est ce que je retiens de ton billet, et je trouve que tu t’y prends tres bien. la verite n’est pas toujours facile a dire ni a entendre pour les enfants, mais c’est elle qui aide a grandir, se construire.
    Moi je voudrais juste dire Bravo a ce billet tres juste et rempli d’amour!

    J'aime

    • La Carne dit :

      L’avenir me dira si j’ai bien fait ou pas… 🙂 mais on fait de notre mieux et avec amouuuuur! parce que putain, nos boulets, ce sont nos trésors! 🙂

      J'aime

  16. Tu sais quoi ma Carne? Ton article il claque et tes enfants sont géniaux (bon ils ont de qui tenir!) ^.^

    J'aime

    • La Carne dit :

      ce matin, alors que je papotais de cette trilogie avec l’homme, notre 8 ans qui a toujours une oreille qui traine et ne perd jamais une miette de rien a posé des questions… le blog… si je parlais de lui … bref… j’étais dans la panade! 🙂 alors je lui ai expliqué ce qu’était le blog, que oui, je parlais de lui mais qu’on ne savait pas qui il était… et j’ai fini par lui lire une partie du dernier billet… il a été à la fois gêné et tout content! puis je lui ai lu quelques commentaires. alors il a répondu: « t’es contente? bon, ben c’est bien maman! » 😉 ouais, mes gosses sont géniaux! 🙂

      J'aime

      • Lydoue dit :

        Oui, il a vraiment l’air top ton gamin… Et gageons que ça ne changera pas. Tes rapports me font penser à ceux qu’a mon amie Michèle avec ses gamins depuis tout petits… Confiance, dialogue, verbalisation, même sur les trucs très durs comme celui des pères absents qui n’ont pas de contacts avec eux… Ils ont passé les 20 ans, Michèle a souvent tremblé (Notamment nuits beuveries, où le grand était récupéré ivre mort sur le sol, par sa mère appelée par les potes) mais elle a toujours dit « je suis et serai toujours là. Même en pleine nuit. je préfère que tu m’appelles, plutôt que tu rentres et mettes encore plus ta vie en danger ». Elle en a bouffé des nuits blanches à attendre qu’il rentre… Maintenant, il est père… Jamais le lien entre Michèle et ses gosses n’a faibli. C’est ça le secret… Et tu sembles aussi le détenir!

        J'aime

  17. Anne-C dit :

    Comment je te kiffe toi!!! Tu es une maman formidable..!! La vie a su quels enfants mettre sur ton chemin… Tout cet amour 🙂
    Je suis touchée.. J’arrive même pas a mettre un commentaire correct…

    Bref bravo Mme La Carne!!!!! Mère pas si indigne que ça finalement 😉

    J'aime

    • La Carne dit :

      tu sais, je suis aussi réellement une mère dure, impatiente et exigeante!! 🙂 mais quand il s’agit d’expliquer les trucs de la vie… je ne me pose plus de question… ça sort… 🙂

      J'aime

  18. Anne-C dit :

    P.S : Il pouvait pas ne pas être en Une celui la!!!!!! 🙂

    J'aime

  19. axelle57 dit :

    Ça fait du bien de lire tes écrits 🙂

    J'aime

  20. Ping : Les perles de la blogo 4 | Les mots d'Angel

  21. Ping : YES! I AM A SBG! | Chroniques d'une quadra

UN MOT AVANT DE PARTIR? #CommenterCestTrèsBien

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s