CES MOTS D’ENFANT QUI POURRAIENT FAIRE MAL…

3059383951_1_15_luCdHrkM

Aujourd’hui, j’ai eu l’outrecuidance de demander à mon fils de 8 ans d’apprendre sa leçon. Je suis vraiment une mère indigne parfois. J’abuse. Je le sais. Mais c’est plus fort que moi.

Déjà énervé pour un tas de raisons, mon grand a mal pris ma requête. Quelles raisons ? Si tu insistes, en voici quelques exemples, en vrac : ce matin, il a été frustré parce qu’il a dû arrêter son sport à cause de la pluie ; il n’y avait pas de pâtes à table ce midi ; il n’aime pas la nouvelle maison et encore moins le mercredi ; je ne l’ai pas autorisé à regarder la télévision parce qu’il se comportait mal et que, en prime, ses devoirs n’étaient pas finis (mère indigne jusqu’au bout) ; j’ai osé lui demander de faire une petite sieste parce que visiblement, vu son humeur, il devait être fatigué ; au goûter, il n’a eu que deux Donuts et pas trois. Je te fais grâce des autres raisons… mais comme tu peux le lire, que des trucs supers graves qui, selon lui, justifiaient son état.

Bref. J’ai donc eu l’outrecuidance (ouais, quand je trouve un mot savant, j’aime en user et abuser) de lui demander de faire ses devoirs. Et là, le drame. Le gosse, après avoir tapé du poing sur son bureau (ce n’est pas ça le drame ; ça, c’est ce qui l’annonce), a lâché un méprisant « je ne t’ai jamais aimée de toutes façons ! » (C’est ça le drame)… ce à quoi j’ai répondu, le plus naturellement calmement dignement du monde : « je ne peux pas te forcer à m’aimer, par contre tu dois me respecter ! Fin de la discussion ! »… que je croyais.

Dix minutes plus tard, le gosse revient, et me lance un penaud « je m’excuse maman »… « On dit je te présente mes excuses » (je vais lui apprendre la vie le français moi, tu vas voir)… haussement de sourcils du 8 ans… « Tu n’hausses pas les sourcils quand je te dis quelque chose » (putain, c’est qui le chef ?!). « Tu me présentes tes excuses pour quoi ? »… « Parce que je t’ai dit que je ne t’aimais plus »… « Non, tu n’as pas dit ça »… haussement de sourcils de 8 ans… « Tu n’hausses pas les sourcils quand je te parle » (ouais, être parent, c’est rabâcher, alors je rabâche. Je vais lui apprendre la vie moi, tu vas voir)… « J’ai dit que je ne t’ai jamais aimée »… « Ok, j’ai entendu tes excuses. Tu le pensais ? » (J’aime bien insister, aller au bout des choses… enfoncer le clou quoi)… « Oui… »… « Ok. Ce sont tes sentiments, je ne peux pas les forcer. Moi je t’aime. Par contre, pour ce qui est du respect, tu n’as pas le choix, que ça te plaise ou non »… « Non, je ne le pensais pas en fait »… « Donc tu as menti ! Pour avoir le dernier mot ? Pour faire mal ? » (Je t’ai dit que j’aimais enfoncer le clou ?)… « T’as même pas eu mal de toute façon alors ! »… « C’est vrai »… « Tu t’en fous que je t’aime pas » (ouais, mon gosse dit « tu t’en fous » et ça ne me choque pas… tant que ça reste entre nous. Je te fais confiance hein ! Cela reste entre nous !)… « Non, je ne m’en fous pas (!). Mais je n’ai pas eu mal parce que je sais que tu as dit ça sous le coup de la colère… et puis, c’est triste mon grand, mais j’ai l’habitude… si tu veux me faire mal, va falloir trouver autre chose et faire preuve d’imagination … » (je devrai apprendre à me taire parfois).

Fin réelle de la discussion. Après ça, il a été un ange pendant… pfiou… au moins 15 minutes ! Je te rassure, la petite a pris le relais. Mais du haut de ses 3 ans et demi, elle ne fait pas le poids… pour le moment.

Mon grand est à fleur de peau depuis quelques temps (en fait, il l’est souvent, mais encore plus en ce moment). Le déménagement (je t’ai dit qu’on était dans les cartons ?) ne lui plaît pas. Il perd son jardin, sa piscine (toute pourrie qu’il disait quand on vivait encore là-bas) et son voisin avec qui il aimait taper dans le ballon de temps en temps (sauf que le voisin, en 5ème, commençait sérieusement à se lasser de mon gosse, mais ça, il n’a jamais voulu le voir malgré tous les râteaux qu’il s’est mangé). Tout ça pour dire que je ne suis pas aveugle, mon grand a des bonnes raisons de mal se comporter.

Mais une chose est sûre, tant qu’il vivra sous notre toit, il devra nous respecter (nan mais oh !). Pour ce qui est de l’amour, malgré ses mots, je suis plutôt sereine. Et ça, ça l’énerve… et le rassure en même temps. Et on dit que ce sont les femmes qui sont complexes ? Quelle blague !

90049415_p[1]

Publicités

A propos La Carne

Retrouvez mes tranches de vie, mes billets d'humour et d'humeur sur www.lacarne.blog ! A très vite!
Cet article a été publié dans MON MOI, MON SURMOI ET MON ÇA. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

27 commentaires pour CES MOTS D’ENFANT QUI POURRAIENT FAIRE MAL…

  1. fedora dit :

    ahhhhh les gosses ! comme nous disions avec une amie, on aimerait les reporter au magasin mais, c’est chiant, on est attachée maintenant ;)) la poulette sent très bien quand je suis énervée (j’ai dit que j’avais 2 de patience ?) et aime en rajouter une couche… pour savoir si ça fonctionne bien 😉 moi, j’ai hâte qu’elle soit ado… ou qu’elle ait 8 ans ^^

    J'aime

    • La Carne dit :

      On s’y attache à ces petites bêtes! 🙂 moi niveau patience, je suis en dessous de zero. mais bizarrement, les attaques aux sentiments ne me font pas monter en pression… 🙂

      J'aime

      • fedora dit :

        Honnêtement, ça n’est pas encore arrivé mais je ne pense pas non plus que ça me touchera outre mesure… comme il est bien clair que j’aimerai TOUJOURS ma fille, je pense que l’inverse est réciproque… je pense que l’amour parents/enfants est un des seuls qui soit complètement inconditionnel…

        J'aime

  2. Meghan Jerlinkam dit :

    Elles ont 11 ans (X2 eh…ouais c’est des jumelles) et j’ai eu droit à :  » Je te hais ! »…non…pas comme ça, plutôt genre : « JE TE HHHAAAAIIIISSSSS !!!!! » parce que j’avais osé confisqué le carnet de dessin alors qu’elles n’avaient pas rangé leur chambre, une pas douchée, une pas terminé ses devoirs, la paire de chaussure boueuse dans l’entrée ( 3 fois je demande, 3 fois : « c’est pas moi ! c’est ma soeur ! »), la litière des chats pas nettoyée du week-end ( « 1 animal ? OK mais t’assumes ! » réponse en chœur : » oui maman ! » C’est ça…rêve !). Dur ! Moi aussi j’suis trop vilaine ! J’devrai revoir mes priorités : Autoriser les bonbons toute la journée, les paquets ENTIERS de biscuits à chaque goûter, les forcer même à jouer aux jeux vidéos… Mère indigne va ! A six ans c’était un simple refus du bizou du soir. Elles boudaient puis venaient pleurnicher pour un verre d’eau 10 minutes après…histoire de faire comprendre mais sans l’avouer : « je regrette…un peu. Un bizou s’il te plait… ». Et j’avais droit au plus gros câlin de l’année. Le pire avait été un « je ne t’aime plus » murmuré. Aahhh lala…dure la vie de Môman ! Faites des gosses ! Pouce dans la main, ne pas montrer sa colère et son chagrin… 100% derrière toi ! « Club des mères indignes et fières de l’être ! »

    J'aime

    • La Carne dit :

      Comme tu dis « faites des gosses »… qu’ils disaient! mère indigne à fond!! bon, dans mon cas, vraiment pas de chagrin. je sais qu’il ne le pensait pas. 🙂 mais ma colère, je la montre souvent… très souvent… mais pas su ce coup! 😉

      J'aime

  3. Je trouve que tu réagis très bien à la situation. Les mots peuvent faire mal parfois. Et bravo pour la retranscription écrite. C’est toujours un plaisir de te lire.

    J'aime

  4. stéphanie dit :

    Si jamais j’ai des enfants un jour, j’espère être une mère comme toi La Carne! 😉

    J'aime

  5. Lydoue dit :

    Moi ce qui me scotche c’est qu’avant, et je ne parle pas de nos parents hein, jamais un gosse n’aurait sorti ce genre de truc à ses parents. Je crois même que ça ne traversait l’esprit de personne, à moins que le gamin déteste vraiment ses parents…
    Je parle pour les quadra et quinqua. Pour les trentenaires, je n’ai pas d’avis.

    J'aime

    • La Carne dit :

      moi l’idée de ne pas aimer mon père m’a traversée l’esprit… plus tard, j’ai fini par lui dire le doute sur mes sentiments à son sujet… c’est peut etre pour ça que je ne vis pas mal les esclandres de mon grand… mais lui, je sais qu’il ne le pensait pas!

      J'aime

  6. nalice7 dit :

    effectivement le niveau de langage et les tolérances de chacun constitue un débat sans fin (était-ce vraiment mieux avant quand les enfants n’étaient même pas écouté ou prenaient des grosses tartes ou des coups de ceinture quand il renversé leur chocolat chaud?). Ce qui me touche en tant que future mère adoptive, c’est cette peur primaire que j’ai que mes futurs enfants ne m’aiment pas… et que je ne les aime pas. Et je me demande avec quelle force de moine Shaoline tu réussis la Carne à rester maîtresse de tes sentiments quand sur le moment ton tout petit (qui est grand à présent et pue des pieds, ok!) te dit ça. Je me demande si j’arriverai à avoir cette force, ce courage et cette maturité intérieure face à mon enfant qui même ‘ils ne viendra pas de ma chaire sera dans mes tripes comme chez n’importe quelle maman! Chapeau l’artiste, je m’inscris au Camp d’été Mojito-gestion des pré-ado 2020 🙂

    J'aime

    • Lydoue dit :

      Mais je n’étais pas une gosse qui se prenait des coups de ceinture… je ne crois d’ailleurs pas que ça ait été la normalité! Et encore moins pour une simple maladresse. Là, ça tient du cliché…

      Je crois surtout que la notion de respect existait plus. Naturellement. Les gamins savaient mieux qu’aujourd’hui où étaient les limites et tenir leur place, sans pour autant être des petits êtres opprimés, sans droit d’expression. On a survécu, c’est que ça ne devait être jouable. Sommes-nous plus névrosés que le seront les gamins d’aujourd’hui une fois devenus adultes?… Je doute. Certains d’entre nous sont névrosés pour cause d’abus de cadres… certains futurs adultes le seront pour cause de défaut de cadres!
      Actuellement, certains parents ont tellement la trouille de ne pas être aimés, qu’ils ne posent plus les limites nécessaires. Les gosses sont aujourd’hui dans une espèce de chantage affectif vis-à-vis de leurs parents, car ils sont conscients de la peur de ceux-ci, et en jouent! Le pire, et il y a assez de témoignages en ce sens sur le net, c’est que ça marche! Ce sont les gamins qui, finalement, dictent leur loi.
      En outre il y a aura toujours des gosses, devenus adultes, plein de ressentiments envers leurs parents et l’éducation qui leur aura été donnée. Même parmi les gamins d’aujourd’hui qui, à tour de bras, balancent à leurs parents qu’ils ne les aiment pas et en terrorisent certains en les menaçant de leur ôter leur amour!

      J'aime

    • La Carne dit :

      @Nalice7: pour info, je ne sais pas si tu as eu l’occasion de le lire sur le blog, nous avons adopté nos deux enfants. Mais bizarrement, je n’ai jamais eu l’angoisse qu’ils ne m’aiment pas. Je suis une mère dure, exigeante, voir intransigeante… mais j’ai confiance dans les liens qu’on a crées. Par contre, je m’étais préparée à entendre ce genre de phrase… ou encore « t’es pas ma mère! »… « j’aurai préféré être adopté par une autre famille »… je les ai entendues… mais elles ne m’ont pas fait mal. J’y ai porté toute l’attention qu’elles méritaient (même dites souvent sous le coup de la colère)… mais je suis claire dans mon discours. Je suis la mère. Je t’aime. C’est l’occasion de discussion notamment avec le plus grand… « c’est quoi une maman? »… nous avons toujours pensé que le pire serait de mentir aux enfants. Alors on dit les choses… on adapte à l’âge, la période… mais toujours d’aplomb dans nos pompes de parents! 🙂 j’ai écrit une série de billet sur le sujet cet été. 🙂

      J'aime

  7. ifeelblue dit :

    j’admire la façon dont tu réagis!

    J'aime

  8. Ginie dit :

    En tout cas il est bien élevé pour venir s’excuser. Et toi… tu as des réponses parfaites !! Je prends note pour plus tard lol

    J'aime

    • La Carne dit :

      parfaites je ne sais pas… adaptées sans doute… mais c’est loin, très loin d’être toujours le cas! 😦
      Concernant les excuses, c’est une chose à laquelle on tient! parfois, il ne le fait pas… parfois il le fait après deux ou 3 heures… selon… 🙂

      J'aime

  9. axelle57 dit :

    J’admire ta réaction. Vraiment. Je devrais prendre des leçons chez toi pour quand ma belle-fille reviendra passer les we chez nous…

    J'aime

  10. Val1603 dit :

    Rhoooo j’ai un peu la même phrase en stock, que je sors indifféremment à mes enfants ou mon beau-fils… : « On est pas obligé de s’aimer… MAIS on doit se respecter ! » – Fin de la discussion !
    Et puis, bien sûr plus tard…, la crise passée (et ici, elles sont assez nombreuses, surtout avec Grande-Miss.), on explique, on ré-explique, pour finalement se dire : « je t’aime trop fort !!! ».
    Bon en vrai, ça… on se le dit entre parents-enfants, mais pas encore entre beaux-parents – beaux-enfants : on en est pas encore à ce stade hein !

    J'aime

    • La Carne dit :

      c’est rassurant de voir que c’est presque partout pareil! 😉
      pour les beaux, bon, j’y connais pas grand chose, mais ça me parait naturel que ça prenne plus de temps, ou que ce soit un brin différent…

      J'aime

  11. Coucou dit :

    Ben oui la carne ! Tu as bien géré la situation… mais comme c’est facile de se faire prendre dans le piège de ne pas être et c’est fou comme els enfants ont des antennes pour capter toutes les failles. Ton fils en est plus fort puisqu’il sait que tu es « solide »

    J'aime

UN MOT AVANT DE PARTIR? #CommenterCestTrèsBien

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s