AGE? SEXE? VILLE?

vous-avez-un-message_20823_4ea609ad4f13c137cc00306d_1320209915

Ce sont ses premiers mots, apparus sur mon écran. ASV plus précisément. Une entrée en matière directe. En gros, « t’es une fille ? T’es baisable ? T’es pas trop loin ? »… Les tchats étaient le must en matière de romantisme et de finesse.

Les tchats c’est quoi ? En gros, c’est l’ancêtre de MSN… sauf que tu pouvais papoter avec n’importe quoi qui. C’était la grande époque de Caramail, voilà

A cette période, j’étais plus ou moins célibataire. Ça peut arriver quand tu vis une histoire avec une personne à qui tu tiens, mais dont tu ne sais pas encore à quel point… et qui tient à toi, mais ne sait pas encore s’il préfère sa maman ou l’aventure avec une femme extraordinaire : moi.
Bref. J’étais à moitié célibataire. Je me sentais seule. On était au début d’internet. Surtout moi. J’ai tout naturellement découvert les tchats.

J’avais un débit qui ne supportait pas grand-chose. Je ne pouvais tchater qu’avec une seule personne à la fois. Dans ces cas-là, tu vas à l’essentiel. ASV est indiscutablement une approche médiocre. Mais je ne voulais pas m’arrêter à une première impression et je me sentais seule donc prête à quelques concessions.
ASV était surtout une sorte de code pour ne pas perdre de temps. J’en ai usé et abusé aussi. Ça m’a d’ailleurs dépannée sur bien des coups. Si le gars habitait à plus de 3 stations de métro de chez moi ou de mon boulot, c’était même pas la peine de continuer. Je fermais sa fenêtre. Next.

Puis il y a eu lui. Il habitait plus loin. A quelques heures de train. Une fois le rituel ASV clos, on a papoté. Surtout, on a ri, déliré. C’était sympa. C’était devenu notre rituel du soir. Nous tchations une heure… deux parfois. Moi uniquement avec lui… de son côté je ne sais pas, mais ça n’avait pas d’importance. Il était réactif, drôle, un brin canaille. Il me détendait après une dure journée de labeur (je travaillais avec des gosses en bas âge, tu la visualises bien la dure labeur?). Nous avions des discussions personnelles, amicales, intimes et parfois un peu coquines.

Un jour il m’a demandé mon numéro. Le tchat avait ses limites. Mais je suis une fille bien. J’ai réalisé que je ne le connaissais pas vraiment. C’était peut-être un tordu. Un de ces pervers complètement fous capables du pire. Je me suis posée 3000 questions à la seconde. J’ai imaginé le pire. J’ai hésité longtemps.
Trois minutes plus tard, il avait mon numéro et m’appelait. Je suis une fille bien avec ses faiblesses.

Nous avons discuté la première fois une heure environ. La seconde fois, deux heures environ. La troisième fois trois heures environ. (c’était la grande époque du forfait SFR : après 20h, appel gratuit et illimité sur tous les mobiles SFR. Alors nous avions la vie nuit devant nous).

Généralement, nous nous appelions vers 20h… 21h. Lui ou moi. Pas de règle, pas de question.
Nous rigolions, parlions de tout, de rien, de nos vies, nos envies. On était bien. Naturels. Ça coulait. Les lendemains matins étaient difficiles, voir cauchemardesques, surtout après plusieurs semaines (salope de fatigue). Mais nous étions incapables d’être raisonnables. Les discussions pouvaient se terminer vers 3… 4 ou 5 heures du matin. Souvent jusqu’à ce que je tombe dans les bras de Morphée. Alors il raccrochait enfin quand il m’entendait ronfler dormir. Parfois il ne raccrochait pas… et je l’entendais à mon réveil.

Nous ne savions pas à quoi nous ressemblions l’un et l’autre. L’idée d’échanger des photos nous est venue tardivement. Mais quand elle a émergé, une crainte nous a envahis (surtout moi). Putain ! A quoi ressemble-t-il ? Comment allait-il me trouver ? On a joué à qui enverrait sa photo en premier… des gosses. Un soir, en même temps, nous nous sommes envoyés nos photos.

Ben c’était lui. Je veux dire par là qu’il ressemblait à ce que j’entendais. Concernant ma photo, il a juste dit « maintenant, faut qu’on se voit. J’ai besoin de t’avoir près de moi, en face de moi, pour voir ». Ça m’a rassurée… et paniquée. Il connaissait ma situation. Je connaissais la sienne. Comme moi, plus ou moins célibataire.

Je lui ai dit mes craintes. Il a compris. Nos échanges ont continué toutes les nuits ; peu à peu en journée aussi. Il appelait pendant mes pauses, m’envoyait des textos (oui, on disait texto jadis). Un jour il m’a envoyé un poème. Je l’ai oublié. Mais à l’époque, je me souviens qu’il m’avait touchée, tapée en plein mile.
J’avais parlé de cette histoire à des amies. La photo leur plaisait, le poème les rendait jalouses… elles trouvaient cette histoire très romanesque. C’était bon signe.

Une nuit il m’a dit « Je serai à Paris le weekend prochain. A tel hôtel. Je veux te voir. Où et quand tu veux ». Mon corps réclamait l’hôtel (ce cochon). Mon cœur était perdu. Le demi-célibat a ses limites.
La veille de son arrivée, pour des raisons indépendantes de ma volonté, j’ai dû m’absenter de Paris pour plusieurs jours. Nous nous sommes loupés.
Grosse déception, frustration, tristesse… mais nous n’étions plus à quelques semaines près.
Nos appels ont continué. On finissait par s’engueuler comme un couple. Des tensions naissaient de ces frustrations. Il me proposait déjà de venir s’installer chez lui pour les vendanges. Ce serait l’occasion de rencontrer son fils… sa vie… son métier… son chez lui… lui.

Puis l’homme, l’autre, celui de mon demi-célibat s’est réveillé. Nous nous fréquentions toujours. Je n’ai jamais eu le sentiment de le tromper, aussi proche ai-je été de le faire. Deux hommes totalement différents. ASV était plus fougueux. L’autre était plus réfléchi. Il avait donc murement réfléchi et me voulait, moi, envers et contre sa mère tous.

Je ne suis jamais allée vendanger. ASV n’est jamais revenu me voir. Tandis que de mon côté, l’autre se décidait enfin, de son côté il avait compris et commençait à repapillonner…

Nos appels se sont estompés, moins personnels, moins intimes. Ils sont devenus plus courts. Jusqu’au silence. Le manque au début. Puis, sans oublier, l’histoire a été rangée dans la case bons souvenirs.

Notre histoire a duré près de 10 mois. Dix mois d’échanges, d’appels, de plaisir, de complicité. C’est peu… mais long à la fois. Dix mois sans se voir tout en ayant le sentiment de se connaitre sur le bout des doigts.

Cyril… parce que oui, ASV avait un prénom, m’a rappelée quelques mois plus tard. Deux mois exactement avant mon mariage. Il entretenait une relation avec une femme depuis quelques temps, mais pensait visiblement toujours à moi. Il passait sur Paris et voulait me rencontrer. J’ai décliné. J’allais me marier. J’étais amoureuse. Tout allait bien.

Pas de regret… un peu quand même… que serait-il arrivé si… et si…
Ces regrets ne sont pas constructifs… mais ils en disent longs sur mon état amoureux du moment.

Cyril, si tu me lis…

Un partage pour m’aider à le retrouver?

Publicités

A propos La Carne

Retrouvez mes tranches de vie, mes billets d'humour et d'humeur sur www.lacarne.blog ! A très vite!
Cet article a été publié dans MON MOI, MON SURMOI ET MON ÇA. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

33 commentaires pour AGE? SEXE? VILLE?

  1. ifeelblue dit :

    aaaaah je me souviens de caramail, du fameux « asv »…
    effectivement cet article en dit long alors j’espère que quoi qu’il arrive, quoi que tu décides de faire, tu seras heureuse 🙂

    J'aime

  2. fedora dit :

    les relations virtuelles sont particulières… en partie fantasmées…elles se nourrissent de l’absence, de la distance, de ce qu’on veut bien partager d’un côté comme de l’autre… c’est un joli billet, très vrai, très sensible… mais comme tu dis (et comme dit ifeelblue), ça en dit effectivement long sur ton état d’esprit en ce moment alors je te souhaite plein de courage et plein de bonheur… des bizzz

    J'aime

    • La Carne dit :

      le but était d’en dire un peu plus sur mon état d’esprit du moment… 🙂 cet homme, je l’avais totalement zappé. c’est un billet lu chez Oscara qui m’y a fait penser hier… rien de plus… 😉 juste du coup, je serait curieuse de savoir ce qu’il est devenu…

      J'aime

  3. Ah oui quand on appelé le soir après 21H et que l’on restait des heuressssssssssss au tel lool

    J'aime

  4. ah ah tiens ça me rappele de vieux souvenirs x)

    J'aime

  5. mattyllde dit :

    Hihi je suis restée 3 ans avec quelqu’un rencontré sur yahoo tchat. Celui qui n’avait pas commencé par « asv ». Je tenais à un bonjour, salut avant lol!

    J'aime

  6. Fabi dit :

    Cela me rappelle un début de ma dernière relation (site internet), nous habitions à 30 minutes l’un de l’autre, avons décidé de nous rencontrer très rapidement, nous avons déjeuner ensemble et avons eu l’impression d’être de « vieux copains »… deux ans après nous nous marions le 21 décembre !!!!

    J'aime

  7. Pat dit :

    Ah la bonne époque des tchats. Moi, j’étais sur ICQ, AIM et Yahoo messenger et j’y passais (beaucoup trop) beaucoup de temps, au point de zapper ma pause déjeuner au boulot… C’est d’ailleurs comme ça que j’ai fait connaissance de celui que tu connais 😉
    Quant aux « et si », je connais aussi. Les histoires non abouties qu’on idéalise souvent quand notre situation du moment est un peu bof/tiédasse. Mais j’essaie de me raisonner en me disant qu’au quotidien, il aurait peut-être été très nul ;-)) On se rassure comme on peut !

    J'aime

    • La Carne dit :

      je pense tout à fait comme toi… le quotidien n’aurait pas été mieux, différent sans doute. mais en fait, je n’avais rien imaginé vraiment avec cet homme… je l’avais même totalement zappé… c’est un billet lu hier qui m’y a refait penser… j’ai eu envie d’en parler… et pourquoi pas savoir ce qu’il est devenu, mais rien de plus! 😉

      J'aime

  8. « IL »…Rencontré dans la « vraie vie » d’abord. On a sympathisé malgré mon « antisociale attitude » surtout que j’étais dans un moment de détresse absolu, donc faible, donc une vraie éponge émotionnelle…blablabla « les trucs roses » de fille quoi… et l’amitié -Amitié- est restée. Mais presque toujours virtuelle à présent. Téléphone, mail, épisodiques retrouvailles toujours Amicales surtout ! N’allez pas penser je sais pas quoi dans vos petites têtes de filles romantiques hein !!! Mais parfois je me demande pourquoi je n’ai l’ai jamais choisi. Il me correspond mieux « mentalement » que le vrai chéri choisi, épousé et père de nos enfants… Tu m’as fait cogiter là La Carne… !!! Faut que je pense à ouvrir un blog plus perso et surtout ANONYME…. (ben ouais…comme quoi…y a que les imbéciles qui changent pas d’avis !)

    J'aime

    • La Carne dit :

      euh… merde! attention hein! si t’es heureuse, t’as pas à réfléchir! 🙂 comme je l’ai dit plus haut, j’avais totalement zappé ce monsieur! c’est un billet lu qui m’y a refait penser… et j’ai eu envie d’écrire… de me rappeler des bons souvenirs… et oui, peut -être de savoir ce qu’il est devenu… mais sans rien attendre du tout! Je n’y pensais déjà plus ce matin! 😉
      Ceci dit, Cyril, si tu me lis… 😉
      pour le blog anonyme, si ça te permet de vider ton sac sereinement, fonce!

      J'aime

  9. pomdepin dit :

    Je n’ai pas connu ( et je suis un petit chouïa plus jeune que toi…ok, c’est un minuscule chouïa!), pour ma défense, j’ai rencontré Marichéri il y a longtemps. Ca y est, je tombe en plein dans le syndrome smug and married, aie! Mais je suis d’accord avec Fedora, une histoire fantasmée peut facilement paraître plus belle que la réalité, mais c’est du vent! Ça n’aurait peut être pas été ce que tu imaginais. Bon courage en tout cas.

    J'aime

    • La Carne dit :

      je ne pense pas avoir fantasmé d’histoire avec cette homme, même à l’époque. je vivais le moment présent, prenait ce qu’il y avait à prendre… comme je l’ai dit, il n’y a pas eu de manque réel… juste un bon souvenir. J’avais oublié cet homme. un billet m’y a refait pensé… j’ai écrit ça… sans imaginer une seconde ce qu’aurait été ma vie avec lui si et si… j’ai exprimé un regret… pas celui de ne pas être avec lui maintenant… celui de ne pas avoir pu aller plus loin à l’époque… mais finalement, le voulais-je vraiment?

      J'aime

  10. calimero dit :

    Quel beau article qui me rappelle de bons souvenirs aussi … ASV je n’ai pas connu mais y avait Crickee AOL Sky’ bien sur… J’ai vécu exactement la même situation … Jamais rencontré mais il est toujours dans une partie de ma tête. Cher&Tendre a été découvert sur un site dont je tairai le nom. Et 3 mois après on s’est mis en ménage 3 ans après on s’est marié … Un choix très rationnel

    J'aime

    • La Carne dit :

      un choix rationnel? c’est à dire? moi je n’avais plus du tout cet homme dans ma tête… j’en ai deux autres ça suffit! 😉 un billet lu hier m’a fait penser à lui… du coup… enfin bref….
      mais rien de perturbant! 🙂

      J'aime

  11. Franie dit :

    J’ai aussi dans un coin de mon coeur un petit namoureux platonique idéalisé (à mon époque le virtuel n’existait pas encore !). Le fait est que je suis certaine maintenant que ça n’aurait pas pu marcher entre-nous. Je l’ai perdu de vue il y a trente ans, et j’ai souvent pensé à lui. Il habitait….dans ton coin d’île. Peut-être l’as tu rencontré? lol ! Tu vois j’y pense encore mais je ne pense pas que cela signifie que je voudrai tout quitter pour lui si je le retrouve un jour. Il restera un fantasme….

    J'aime

    • La Carne dit :

      han! c’est qui c’est qui?! 😉
      je n’ai pas idéalisé cette personne… je n’avais rien imaginé avec lui à l’époque. je vivais ça au jour le jour, sans me prendre la tête. Il m’a apporté beaucoup. il a compté. je ne sais pas trop quels étaient mes sentiments envers lui… si ce n’est une forme de désir… et de complicité… mais il n’y a pas eu de manque et je n’avais plus pensé à lui jusqu’à hier…. après avoir lu un billet… j’ai eu envie d’écrire ça… et peut-être aussi de savoir ce qu’il est devenu, tout simplement! 😉 le seul regret a peut-être été de ne pas avoir été plus loin… mais ces regrets ce sont vite estompés. 🙂

      J'aime

  12. Cerise dit :

    Oh la la ! Qu’est ce que j’ai adoré te lire…
    Vraiment. Tu m’as touchée. J’ai cru me lire.
    C’est très rare que j’aime un article, une manière d’écrire aussi vite mais c’est le cas ! Voila !
    Très (très) bel article !

    Bisous, Cerise

    J'aime

  13. la pingsheuse dit :

    il était pas prof de tennis celui là, fffin je dis ça, je dis rien.
    Oh et puis crotte si, je vais te dire, c’est la deuxième fois que tu dévoiles sur ton blog un amour « inachevé », ex-futur ou futur-ex-futur fantasmé. C’est vrai que ton article est touchant et que je n’aime pas te sentir mal mais j’ai noté un truc:
    « Il avait donc mûrement réfléchi et me voulait, moi, envers et contre tous » Et toi tu voulais quoi? Celui qui t’aimait ou celui que toi tu aimais?
    Marie a fait une jolie série sur l’adultère, tu devrais y jeter un œil histoire de bien t’agacer! 😉

    J'aime

    • La Carne dit :

      t’as pas fini… il y en a un 3ème… 😉
      sauf que, avec celui là, je n’ai pas eu de regret douloureux… peut etre celui de ne pas avoir sexé avec lui… mais je n’avais rien imaginé avec lui… j’ai pris ce qu’il y avait apprendre. il m’a fait beaucoup de bien pendant cette période un peu difficile. Je ne pense pas l’avoir aimé… en tout cas pas comme l’entraineur. Je l’ai désiré et aimé notre complicité. Moi, je suis allais avec celui que j’aimais… là je le dis en deux lignes… en réalité, à l’époque ça a été une évidence. Quand ASV m’a appelée peu avant le mariage pour me voir, je n’ai même pas réfléchi… c’est sorti tout seul « ben non merci »… comme j’ai déjà répondu, j’avais totalement zappé cet homme jusqu’à ce que je lise un billet hier sur le blog d’oscara « belle gosse »… alors j’ai eu envie d’écrire… j’aimerai avec de ses nouvelles du coup… mais rien d’entêtant! 🙂
      pour ce qui est du 3ème, j’en parlerai plus tard… et ensuite il y devrait y avoir un billet sur le pourquoi j’ai merdé…
      d’autres questions? 😉

      J'aime

  14. Oscara dit :

    Trop bonne ton histoire. Je n’ai pas connu la période ASV pour cause j’étais bien mariée à cette époque là… je suppose. En revanche je suis en plein dans le trip des sites de rencontre. Biz La Carne.

    J'aime

    • La Carne dit :

      c’est ton billet qui m’a refait penser à cet homme! c’est fou! c’est revenu d’un coup! je l’avais totalement oublié! pourtant, à l’époque, il m’a fait beaucoup de bien! 🙂 Merci à toi d’avoir fait remonter ce souvenir! 🙂
      Bisous

      J'aime

  15. aulivia dit :

    Oh que de souvenirs!!
    d’ailleurs enchantée la carne, je viens de découvrir ton blog par le biais d’un certain crapaud!
    et j’adore ce que je lis!
    moi aussi j’ai eu ce mec (bon pas le Cyril en question) moi, il s’appelait…Jonathan et nous avons eu la même relation (le téléphone, les sms, puis les photos…) et nous nous sommes rencontrés. Il est venu chez moi, le courant (électrique) est passé. Puis je suis descendue chez lui à Marseille et là je ne sais pas si c’est l’air ou autre chose, il n’était plus le même… On ne s’est jamais revu site à ça…
    Mais merci pour ce texte car ça reste un beau souvenir quand même!

    J'aime

UN MOT AVANT DE PARTIR? #CommenterCestTrèsBien

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s