CELLE QUI AVAIT PEUR D’ETRE AIMEE…

resize

Savoir qu’on m’aime me fait peur. Imaginer qu’on ne m’aime pas me terrifie.

Aussi bizarre que cela puisse paraitre, être aimée m’angoisse. On m’aime? Moi? Mais pourquoi?!
Etre aimée me colle la pression. La peur de décevoir s’empare de moi.

Cette peur peut être paralysante. Pire, elle est souvent un véritable pousse au crime.
Je suis très douée pour démontrer aux gens qu’ils ont eu tort de croire en moi, de m’aimer, d’aimer ce que j’ai fait. En matière de sabordage, je suis la meilleure. Malheureusement.

Le schéma est simple: Je fais tout bien pour que tu m’aimes. Quand tu m’aimes (ou que tu fais semblant de m’aimer)(scénario bien plus crédible) je fais en sorte de tout casser pour que ça s’arrête parce qu’être aimée c’est trop de pression pour moi (et accessoirement, je te prouve que j’avais raison. Je te montre que tu as eu tort de m’aimer en n’étant pas aimable).

Quelqu’un m’aime? Un jour cette personne ouvrira les yeux. Elle verra qu’y je suis vraiment, sera déçue et me laissera. C’est inévitable. Cette idée de décevoir et d’abandon est terrible.

Cette personne sera forcément déçue. Je suis une usurpatrice.
Toi, lecteur, tu te fais une image de moi; parfois tu aimes bien ce que tu lis, un peu, beaucoup. Cela me fiche la frousse autant que ça me fait plaisir. Pourtant je sais que tu te trompes sur moi. Tu enjolives le tableau. Je ne suis pas celle que tu crois.

Je suis quelqu’un de lâche, angoissée, pas très cultivée, complexée. Je suis une épouse pénible, une mère dure. Aimante, mais dure. J’ai beaucoup de colère en moi. Je n’aime pas mes parents. Ma soeur et sa famille je ne suis pas très sure non plus. Je les supporte quand ça m’arrange. Je suis un monstre. Je suis minable. Alors comment peut-on m’aimer?! C’est obligatoirement une erreur.

Je n’écris pas ces mots pour entendre ou lire des « mais si on t’aime » et blablabla… Surtout pas. SURTOUT PAS. Trop grosse dose d’angoisse après à gérer. Trop dur de démêler les commentaires sincères de ceux de convenance.

Ce billet n’était pas prévu. Les mots sortent. Ils sortent dans le désordre, mais ils sortent. Je crois que c’est la première fois que j’écris en pleurant.
Je ne sais même pas pourquoi tout ça sort maintenant. Il ne s’est rien passé de particulier aujourd’hui.

Je crois que j’ai réalisé, tout à coup, que je supportais mal l’amour qu’on pouvait me porter parce que je pense ne pas le mériter. Je n’en suis pas digne. Les gens qui m’aiment, aiment en réalité l’idée qu’ils se font de moi. Cette idée est fausse. La réalité est bien moins belle.

Ma vie ne me plait pas. Je sais ce que je veux mais j’ai peur du rejet, de l’échec. Alors je ne fais rien. Finalement, ma vie ne me plait pas et c’est bien fait pour moi. Au lieu de pleurer sur mon sort je n’ai qu’à bouger mon cul. Ce putain de cul qui reste obstinément scotché à la chaise de peur d’une chute. Si je tombais, en me levant, ce serait un drame.

Je donne des grandes leçons de vie aux enfants. J’excelle dans le genre « faites ce que je dis mais pas ce que je fais ». Je demande à mes enfants d’être courageux. Je ne le suis pas. Je suis médiocre. Je le sais au plus profond de moi. Ceux qui m’aiment se trompent. Le jour où ils ouvriront les yeux, ça fera mal.

EDIT (3 aout 2016): Après deux ans, je lis vos commentaires… je les relis. Merci. Pour vos mots, vos questionnements. Merci.

Publicités

A propos La Carne

Retrouvez moi sur www.lacarne.blog pour mes billets d'humour et d'humeur!
Cet article a été publié dans MON MOI, MON SURMOI ET MON ÇA. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

31 commentaires pour CELLE QUI AVAIT PEUR D’ETRE AIMEE…

  1. Jasmin dit :

    Tu es bien dur avec toi-même!

    Les gens médiocres, les « vrais », ils ne le savent pas qu’ils le sont 😉

    Aimé par 1 personne

  2. fedora dit :

    t’es juste une femme, humaine avec des défauts et des qualités… je ne vais pas te dire qu’on t’aime… mais que tu es aimable ça oui ma belle ! parce que TOUS, on l’est… ❤

    Aimé par 1 personne

  3. Comme Jasmin je te trouve bien dure envers toi … Tu as pris conscience d’une facette sombre de ta personnalité. A toi maintenant de réfléchir sur comment sortir de cette spirale. C’est possible. Je t’embrasse.

    Aimé par 1 personne

  4. axelle57 dit :

    Si, tu es digne d’être aimée… à commencer par toi-même. Les autres, c’est du bonus. (dis celle qui travaille avec son psy depuis des mois sur sa capacité à s’accepter telle qu’elle est et à s’aimer elle-même)

    Aimé par 1 personne

  5. carrie4myself dit :

    Tu as simplement peur de toi, peur du bonheur, de la joie que procure le fait d’etre aime.
    Car ca implique un travail de tout les jours le bonheur. Tandis que se plaindre, c’est tellement plus facile comme solution: un coup de gueule et tout le monde part, te fou la paix et toi tu peux alors te lamenter sur ton sort et te dire: je suis mechante.
    Si tu es aimee, tu ne sais pas exprimer alors ses sentiments, furtifs, longs……..
    Tu es juste normale, belle, aimante, chiante, comme nous le sommes toutes 😉

    Aimé par 1 personne

  6. tu es vraiment dure avec toi, vraiment très dure!
    Mais je comprends cette peur d’être aimée maintenant que tu as posé des mots dessus. Je suis dans le même cas que toi et cela pour la bonne raison (enfin il me semble) que ma mère ne m’as jamais aimée et qu’elle m’a abandonnée. Par ton billet j’en déduit donc que si j’ai peur d’être aimée, c’est que j’ai peur d’être à nouveau abandonnée par des gens que j’aime ! Bref, là tu as mis le doigt sur quelque chose qui me fait mal.
    Et je vois que pour toi ça te fais encore mal, à mon avis la cause de ce pourquoi tu as écris ça, tu la connais, il y à quelque chose qui t’as rendue comme ça !
    En tout cas, je suis sûre d’une chose c’est que tes enfants doivent t’aimer énormément, les enfants aiment leur maman parce que leur maman aime prendre soin d’eux, qu’elle leur offre beaucoup d’amour ! magnifique billet en tout cas,

    Aimé par 1 personne

  7. Hé Béh c’est un sacré coup de mou ça !! Tes mots sont durs 😦 !!
    Je sais pas trop comment te remonter le moral ( je suis pas douée pour ça) mais je te fais des bisouuuus ( et oui même si on ne se connait pas tellement j’ai envie), parce qu’au fond je suis sur que cette amour tu le mérites, c’est juste que tu ne le sais pas, j’espère qu’un jour tu le sauras, on mérite tous d’être aimer ( du moins tant que tu n’es pas un violeur psychopate tueur de chat). Je pense qu’un jour, ça changera, je l’espère pour toi en tout cas.
    Re des bisous ( soyons fou)

    Ps : fie te chercher un morceau de gâteau au chocolat et k’sa saute !

    Aimé par 1 personne

  8. Libertad dit :

    La peur d’être aimée, d’être abandonnée, je connais par cœur…moi aussi j’ai gâché toutes mes relations amicales durant des années: soit je m’accrochais aux gens et je les faisais fuir, soit je mettais fin à la relation dès que je sentais que la personne s’éloignait.
    A 20 ans, je suis sortie avec un jeune homme beau, intelligent, cultivé. Il me disait qu’il m’aimait et je me disais « pourquoi moi? Je suis nulle, il va finir par s’en rendre compte ». Il m’a quitté au bout de quelques mois, non pas du fait qu’il me trouvait nulle mais parce que je l’étouffais tellement j’avais peur de le perdre…
    La seule solution que j’ai trouvé c’est de mettre de la distance entre les personnes que je connais et moi: il y a mon mari et mes enfants, mes deux meilleures amies, et les autres…je m’investis moins dans mes amitiés, j’attend moins en retour et au final, ça va beaucoup mieux. Je regrette quelque part de ne plus vraiment avoir de relations profondes avec les autres mais je me suis tellement ramassée que j’ai besoin de me protéger.
    Ma mère ne m’a pas aimée mais au fond j’ai compris elle n’aimait personne, à commencer par elle. C’est certainement la même chose pour tes parents: dis toi que si tu avais été différente, ça n’aurait peut être rien changé.
    On dit toujours que c’est difficile de donner ce qu’on a pas reçu alors tu peux être fière de toi car tu as réussi à donner de l’amour à tes enfants.
    Apprendre â s’aimer c’est long mais tu finiras par y arriver.
    Des bises.
    Libertad.

    Aimé par 1 personne

    • voilà les mots sont là pour expliquer ce malaise et ceux là « soit je m’accrochais aux gens et je les faisais fuir, soit je mettais fin à la relation dès que je sentais que la personne s’éloignait », sont exactement la manière dont j’agit !

      Aimé par 1 personne

  9. Val1603 dit :

    Pffffff ça me remue ce que tu écris… et c’est dur…
    et ça résonne un peu en moi…

    Aimé par 1 personne

  10. la pingsheuse dit :

    pourquoi je ne suis pas étonnée….

    J'aime

  11. Isa dit :

    (enculééééé de comm à rallonge qui n’est pas passé!)

    je disais donc que moi, je t’aimais ma Nana et tu me connais assez pour savoir que ceci n’est pas un comm de convenance

    (putain je ne sais plus ce que j’ai écrit..)

    tu vas t’ôter de la tête que tu n’es pas quelqu’un de bien!
    tu ne vas pas laisser des personnes te pourrir la vie ad vitam eternam

    ces gens, je les connais, TU les connais
    ils ne méritent pas que tu te rendes malade!
    le mal qu’ils t’ont fait continue à te ronger!
    ta plus grande victoire sera de réussir à te convaincre que tu es une bonne personne contrairement à ce qu’ils ont essayé et réussi à te faire croire pendant longtemps et encore maintenant!
    une victoire sur toi
    et une victoire sur eux!

    et putain, ne culpabilise pas de ne pas les aimer!
    ils ne méritent rien d’autre que ton indifférence

    Aimé par 1 personne

  12. pomdepin dit :

    Les autres ont tout dit…et si c’est ton blog qu’on aime, ça passe? Tu es loin d’être médiocre, tu es drôle, intelligente, émouvante…

    Aimé par 1 personne

  13. blueedel dit :

    Je parlerai après…. J’ai juste une question ma Carne :

    T’aimes-tu toi ?

    Aimé par 1 personne

  14. Marie Kléber dit :

    Un jour la réalité te pète en pleine figure, au détour d’un billet, lu comme ça, parce que le titre te parle bien. Je me retrouve dans tes lignes, elle me gave depuis trois décennies cette fameuse « peur d’être aimée ». Sûrement parce que je ne me sens pas à la hauteur. Et d’ailleurs j’en ai tellement peur que j’attire immanquablement des hommes (et d’autres personnes aussi) qui me font du mal. Êt ça me conforte dans cette idée que je ne mérite pas cet amour. Comme si pour être aimé il fallait être parfait, 24h/24, 365 jours par an. Doucement, je reprends les rênes de ma vie. Je crois que pour contrer cette peur, il faut apprendre à s’aimer soi-même, il faut s’aimer soi-même, et c’est pas de la tarte.
    Un commentaire qui ne t’apportera aucun soutien. Mais juste un mot pour te dire de t’accrocher et de t’accepter telle que tu es. Si au final les autres voient autre chose, c’est leur problème, c’est qu’ils méritent pas de faire partie de ta vie. Tu es digne d’être aimée, comme chaque être l’est dans la vie…

    Aimé par 1 personne

  15. Marike & Co dit :

    C’est drôle, il y a un petit mois, je suis tombée dans un gentil traquenard tendu par mon petit (demi) frère et me suis retrouvée nez à nez avec ma belle mère, le démon de mon enfance, ma tortionnaire, mon supplice, celle qui m’a consciencieusement détruite en tous petits morceaux depuis mes 3 ans jusqu’à ce que je trouve la force de lui dire d’aller se faire foutre un œuf à 13 ans. Je ne l’avais jamais revue… J’ai 34 ans…
    Mise devant le fait accompli, je n’ai pas pu donner libre cours à mon angoisse et me cacher derrière un caillou et je me suis dit « bon bah OK alors allons-y gaiement »
    Et je suis allée à sa rencontre avec un grand sourire et je lui ai claqué 2 bises et lancé un « comment ça va ? » et là, du haut de mes 1,84 m (bah oui je suis hollandaise) je l’ai vue se recroqueviller de surprise et de culpabilité refoulée sous mes yeux, comme si elle s’attendait à ce que je lui saute à la gorge… Et c’était fini. J’ai terrassé le dragon de mon enfance avec un sourire et une bise… trop facile !
    Ce qui me paraissais insurmontable me semble maintenant tellement anecdotique… Et moi je me sens tellement plus forte et victorieuse !
    Tout ça pour dire, la petite fille qui est en toi, la carne, elle sera toujours là, mais aussi épouvantable que ça paraisse, en fait tu es toujours bien plus forte et bien plus « aimable » que tu le penses, aussi profond que soit l’abîme, c’est la vue du plongeoir qui paralyse, pas le saut !

    Aimé par 1 personne

  16. Personne n’est parfait.
    La sérénité vient souvent avec l’âge.
    Patience, et en attendant, respire.

    Aimé par 1 personne

  17. maviedebrune dit :

    Très touchant.
    Je suis exactement comme toi, quand je rencontre quelqu’un, un amoureux éventuel dirons nous je suis plutôt en mode « alors moi clairement jsuis pas la fille idéale je suis ainsi ainsi ainsi ….  » genre je dis tout le négatif comme ça … Et idem quand je sais qu’on m’aime ça m’angoisse, car je ne me sens pas à la hauteur.

    Aimé par 1 personne

  18. moncointranquille dit :

    Dur de lire ce que tu écris. Je comprends parce qu’au fond de moi, c’est ce que j’ai caché et que je cache encore un peu aussi.
    Même réflexe de se sentir « bien », l’envie d’être « parfaite », puis de tout casser par angoisse d’être aimée, par peur que tout soit faux et d’être le dindon de la farce. Pire de tout casser par « devoir » presque en estimant que puisqu’on n’est pas aimé de ses parents ou qu’on ne les aime pas, on n’a pas droit légitimement à l’amour.
    Mais j’ai un jour décidé que je m’appartenais. Que je n’avais pas à attendre de l’autre le droit d’être aimée, d’aimer, ou de vivre. Je suis là, et je suis la seule personne qui vivra toute ma vie avec moi, et j’aime être heureuse. J’ai mis du temps à assumer d’être à moi, de ne pas me penser forcément tributaire de l’amour des autres. J’ai le droit de vivre sans amour, et notamment sans l’amour de mes parents. Je ne leur appartiens pas. Ce n’est pas parce que ma mère ne m’aime pas que je n’ai qu’un demi droit de vivre, ou un demi droit d’être aimée. Et depuis, ça va beaucoup mieux.
    Bien sûr, je rechute parfois, par exemple le sentiment de honte que je devrais naturellement avoir est toujours remplacé par le sentiment d’être une mauvaise fille, même si la situation n’a aucun rapport.
    Tes émotions t’appartiennent, celles des autres non, et il faut arriver à faire la différence. J’ai été tellement vampirisée par ma famille que j’ai eu du mal à finalement assimiler que j’étais une personne à part entière…
    Courage, j’imagine que c’est une mauvaise passe, et j’espère que comme moi, ta force d’âme reprend toujours le dessus!…

    Aimé par 1 personne

  19. Aloès dit :

    Je me suis souvent dit qu’il y avait un décalage entre l’image que les autres devaient avoir de moi, et qui j’étais en réalité. Mais je crois que c’est comme ça pour tout le monde finalement. Regarde nos gosses, comment ils sont à l’école ou entre amis, quand on est seul avec eux ou quand il y a du monde à la maison. On a tous plein de facettes, qu’on « choisi » de montrer ou pas, selon qui est en face.
    Pour le reste, je crois que tu viens de mettre le doigt sur quelque chose d’important. C’est douloureux mais ça va te permettre d’avancer, j’en suis sûre 😉

    Aimé par 1 personne

  20. Trenty dit :

    Tu peux déjà te rassurer en te disant que tu connais tes défauts, il ne te reste plus qu’à te mettre un gros cul de pied au cul et les gommer ;p

    Et sinon, j’aurais pu croire que c’était ma femme qui avait écris ce billet.
    Elle aussi pense ne pas mériter être aimé, elle a tendance à pousser certain défaut pour prouver qu’elle a raison et aussi se dire qu’elle savait que ça ne pourrait pas tenir.
    Malheureusement pour elle, je continue à l’aimer 🙂

    Aimé par 1 personne

  21. Pooky dit :

    une seule question : pourquoi te juges tu?

    Aimé par 1 personne

  22. edwige dit :

    Mais on dirait bien que tes chérubins sont passés outre tes barrières ….une porte ouverte ..:)

    Aimé par 1 personne

  23. Ping : Mes coups de coeur | P'tite Fée

  24. Cari dit :

    Je t’apprécie parce que tu es humaine, avant tout. Personnellement, quand j’apprécie quelqu’un avec ses défauts et ses qualités, madame parfaite n’existe pas et c’est très bien comme ça. Pour avoir eu le même résonnement que toi et en être plus ou moins sortie (c’est dur, parfois t’as des rechutes et ça fait mal) je peux te dire qu’on est beaucoup trop dur avec nous même. Les gens nous aimes….ah non pas celui là, nous APPRÉCIES pour ce que nous sommes. Malheureusement tu n’es pas obligée d’apprécier tes parents où ta sœur. Où les autres gens en général. Cela se nomme la divergence de caractère.
    J’apprécie beaucoup cet article car tu montre que tu es humaine. Ni plus ni moins.

    Aimé par 1 personne

  25. blueedel dit :

    Je reviens ici 🙂
    Je te posais une question toute simple : est ce que toi tu t’aimes ? Tu sais que c’est par là que tu dois commencer !!! Tu comprendras alors pourquoi on t’aime ! Que ce soit tes vrais amis, que ce soit dans ta famille, ici ou là… Bien sûr la maitresse te déteste parce que tu cries ton mécontentement et alors ? Les autres mamans t’aiment parce que tu as réussi à affronter ! Tu te lâches aussi ? ah mince… pas bien hein? mais si justement c’est très bien !!!

    Quand tu comprendras que les autres t’aiment, t’apprécient parce que tu est Toi, il faudra alors que tu admettes que tu vaux ton pesant de cacahouètes !

    Peur d’être aimée ? Tu as comme tout le monde de mauvais côtés mais si tu essayais aussi de sortir les bons ? Tu es sûrement trop modeste pour oser t’avouer à toi même certaines choses, et bien arrête d’en avoir peur !

    Tiens un jeu très drôle : sauf si tu as déjà viré le miroir de la sdb dans un carton (!!).
    Tu te mets face au miroir. Tu imagines une tablette où poser les choses et une poubelle pour en jeter d’autres…. Et là toute seule face à ton miroir, tu ‘t’inspectes… au début, ça donne : tiens j’aime pas ce bouton là, je le jette… ah et puis j’aime pas mes cheveux blancs là qui ressortent, hop poubelle… j’aime pas mon menton, je jette… n’empeche j’ai de beaux yeux, je pose sur la tablette…. Petit à petit tu entres dans le sujet du psychologique… J’aime bien ma façon de râler, toujours poétique ! Hop sur la tablette… J’aime pas ronchonner avant mon café du matin, poubelle…
    Je sais je sais, ça peut faire sourire ce jeu stupide, mais beaucoup de psy s’en sont servi pour démontrer aux personnes que si on sait être honnêtes, la tablette finit par se remplir bien plus que la poubelle…

    Alors aime-toi et tu verras que tu n’auras plus peur d’être aimée… Ceux qui t’aiment vraiment t’aiment justement pour ce que tu, pour qui tu es… Et les amis savent qu’on peut parfois avoir un pet de travers ou déconner ou avoir un bas etc etc…

    Ne change rien, juste apprends à te donner plus de considération 😉

    Aimé par 1 personne

  26. Ophélie dit :

    Comme ce billet m’a retourné tellement je me retrouve dans tes mots…
    paraîtrait-il que ça s’ appelle être humaine …
    Mais parfois la pression que l’on se met a soi meme est vraiment difficile a gérer … l’amour et les sentiments sont que l’on veuille ou non une si grande faiblesse …

    Aimé par 1 personne

  27. alex dit :

    Le syndrome de l’abandon dans toute sa splendeur…

    Aimé par 1 personne

  28. Luciole dit :

    une partie de ton billet aurait pû être écrit par moi… ça me force à encore prendre du recul sur mes pensées…
    en tout cas, j’aime bien te lire… je te fais pas trop peur là???
    on a tous peur de quelque chose et toi ça tombe là dessus. pleure un bon coup, que dire de plus… nous les femmes…

    Aimé par 1 personne

  29. fafine du 44 dit :

    ces mots, je les connais par cœur …. merci de les avoir écrits

    Aimé par 1 personne

  30. Andy dit :

    Je retrouve tous de moi dans toi, je deteste etre abandonné mais aimer demabde trop d obligation. La personne qui m aime ne me connais pas mais alors pas du tout. Mes amies ne vois aussi que l illusion si je suis une illusion. Finalement la question qui le ronge et ‘qui je suis? Et qu est ce que les gens voient en moi? Que voient mes amies pour me contredire sur le fait que je suis un monstre?’ Je deteste me poser ce genre de question alors que j ai que 16 ans apres on me dit que je suis bizarre, bien sur que je suis bizarre je n arrive pas a etre comme vous aide moi au lieu de dire sa …. Bref

    Aimé par 1 personne

UN MOT AVANT DE PARTIR? #CommenterCestTrèsBien

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s