LIBERTE, EGALITE, FRATERNITE, CHARLIE!

Je ne vais pas te mentir. Je n’ai jamais lu Charlie Hebdo. J’ai vu les caricatures, les unes du journal à la télé, sur la toile. Je savais quel genre de journal c’est.  Satirique, caricaturiste. Libéré, libérant et libertaire surtout. J’aimais savoir qu’un tel journal existe. J’ai suivi son histoire, les polémiques, le procès, l’incendie. J’aimais l’idée que, quelque part, des hommes et des femmes osent dire, osent l’irrévérencieux, osent l’outrancier, osent la liberté… un peu pour moi. Mais je ne l’ai jamais lu. Aujourd’hui, j’espère pouvoir le lire un jour, vraiment.

10898078_10205360993447350_8581371763898158766_n

Je ne vais pas te mentir. Pour moi, Cabu c’était surtout, et de loin, Dorothée, le grand duduche. C’était aussi l’enfant de mon pays. En d’autres temps, Cabu avait usé ses pantalons sur les chaises du même lycée que moi. Alors que je tentais à mon tour d’y apprendre et de comprendre les maths, Cabu était venu rendre une petite visite amicale, incognito, au lycée. Je n’en garde qu’un vague souvenir. Il connaissait mon prof de français. Je trouvais bizarre de connaitre quelqu’un qui connaissait quelqu’un de connu.  J’étais jeune.  L’idée d’user mes pantalons sur les mêmes chaises que ce connu pourtant presque inconnu de moi me plaisait. Vanité futile.

Je ne vais pas te mentir. Depuis mon ile, je suis loin de tout ça.  Le 11 septembre 2001, j’étais à Paris. Je n’en menais pas large. Je me souviens de tout, de ce silence de mort dans le métro le lendemain, de l’angoisse ambiante qui régnait dans la capitale. Le 25 juillet 1995, je bossais en région parisienne. Je me souviens. Nous avions une remplaçante pour nous aider l’été.  Elle avait fait une grosse connerie dans la journée. Du coup, nous l’avons gardée plus tard que prévu pour avoir une discussion avec elle une fois la « boutique » fermée. Du coup, elle a raté son RER. Du coup, quand la bouteille de gaz remplie de clous a explosé vers 17h à Saint-Michel, elle n’y était pas comme elle aurait dû y être. Je me souviendrai de ce 7 janvier 2015.  Aujourd’hui je vis loin, très loin de tout ça… pourtant j’ai mal, j’ai peur.

Je ne vais pas te mentir. J’ai peur.  J’ai peur que la peur et la méfiance nous fassent taire.  J’ai peur que la terreur gagne. J’ai peur de ces fous furieux, terroristes, barbares, monstres.  J’ai peur de cette folie meutrière. J’ai peur de me trouver au mauvais endroit, à un mauvais moment. J’ai encore plus peur qu’un de mes enfants se trouvent un jour au mauvais endroit, au mauvais moment. J’ai peur que certains politiques nauséabonds tirent leur épingle du jeu de tout ce carnage infâme. La peur emprisonne. La peur rend fragile. La fragilité rend faible. La faiblesse est mauvaise conseillère. Certains vont la saisir, la faire grandir, pour mieux manipuler. J’ai peur que la France aille encore plus mal, qu’elle ne se relève pas.  J’ai peur de ces gens qui tuent pour des idéaux improbables, fous, inhumains, empoisonnés de haine. J’ai peur des amalgames. J’ai peur pour tous ces musulmans qui vont trinquer à cause de ces fous. J’ai peur d’écrire ces mots et qu’un fou me mette la main dessus… sur mes enfants. J’ai peur de devenir paranoïaque. J’ai peur de voir le mal partout. J’ai peur qu’on oublie.
Je ne veux pas voir le mal partout. Je veux y croire, encore.

J’ai peur que mes enfants grandissent dans un pays où il n’y aurait pas de Charlie.

Avec Charb, Cabu, Wolinski, Tignous  et les autres partis sous le coup des armes, c’est un peu de ma liberté qui s’envole. Avec ces deux policiers, c’est un peu de ma sécurité qui part. Je veux être fière d’être française. Je veux être fière de cette France multi-tout. Je veux que jamais on n’oublie ;  mais l’humain est doué d’amnésie. Il oubliera et cette idée me panique. Je veux que toujours on rende hommage à ces morts pour la liberté, la liberté d’expression, notre liberté. Je veux que jamais on n’arrête d’en parler. Ne pas oublier. Ne pas oublier. Ne pas oublier.
Je ne veux plus que des gens meurent pour avoir fait rire et réfléchir. Putain. Rire et réfléchir! Où est le crime?! Hier, en France, des hommes sont morts pour avoir dessiné. DESSINER!
J’ai peur de cette France dans laquelle je ne me reconnais pas, dans laquelle ma famille ne se reconnait pas. J’ai peur d’entendre certains dirent « ils l’ont cherché ». J’ai peur d’en entendre d’autres clamer « tous les mêmes ». J’ai peur. Pourtant je veux  croire encore que la France multi-tout finira par trouver une sérénité méritée, un savoir vivre ensemble apaisé et respectueux de tous, sauf de ces fous.
Je ne veux plus avoir peur. La peur fait plier, la peur fait taire… alors qu’il faut dénoncer, dire, raconter, rire, réfléchir, oser, dessiner. Il faut être libre. On se le doit. On le doit à ces Charlies morts pour notre liberté.

10888788_10202310054231266_8215116250561560961_n

J’ai peur. Mais je ne veux pas laisser cette peur me guider. J’ai peur, mais je veux crier haut et fort: LIBERTE! Je veux crier haut et fort: NON! Je veux crier haut et fort: JE SUIS CHARLIE!

Aujourd’hui j’ai mal, je pleure. Mais je veux rester debout. Ne pas abdiquer.

Aujourd’hui et pour toujours je suis Charlie. Je veux être libre. Je veux croire que tout ce drame ne tuera pas la liberté d’expression, la liberté d’être différent, la liberté tout court. Je veux croire que toute cette horreur servira à quelque chose.
Je veux pouvoir imaginer Les Charlies, là haut,  en train de nous regarder, fiers de nous, et de se dire « ils se sont levés. Ils sont debout. Ils vont oser. Les cons vont perdre ».

10897969_921010891256727_7615527706889250734_n

#JESUISCHARLIE

 

Publicités

A propos La Carne

Retrouvez moi sur www.lacarne.blog pour mes billets d'humour et d'humeur!
Cet article a été publié dans WHAT ELSE?. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

28 commentaires pour LIBERTE, EGALITE, FRATERNITE, CHARLIE!

  1. Cari dit :

    C’est également un très beau billet. J’ai carrément noté la date dans mon calendrier; elle reviendra dans le suivant. Pour ne pas oublier.

    Aimé par 1 personne

  2. Merci, je partage….
    #JeSuisCharlie

    Aimé par 1 personne

  3. Ping : LIBERTE, EGALITE, FRATERNITE, CHARLIE! par le Blog de la Carne | UN AVIS : Petit Blog Avisé ??

  4. Emilie Lardet dit :

    Elle a 5 ans et demande  » Pourquoi ils sont morts les mr à Paris » comment lui dire, lui expliquer à elle qui ironiquement a failli s’appeler Charlie? Alors je dit simplement  » parce qu’avec des dessins, ils ont voulu parler. »  » Mais maman, on ne meurt pas parce qu’on parle! » Et non chérie, même que ça se peut pas , mais même qu’hier s’est arrivé………….

    Aimé par 2 people

  5. Oh la vache dit :

    Ne t’en fais pas, si nous sommes suffisamment nombreux à ne pas vouloir se laisser faire, ça n’arrivera pas: multi-culturels, tolérants, ouverts, rieurs, râleurs nous sommes et resterons. Ne te laisse pas ronger par les « méchants », ils crient d’autant plus fort qu’ils sont minoritaires…enfin, j’espère…

    Aimé par 3 people

  6. pomdepin dit :

    Juste merci pour tes mots.

    Aimé par 1 personne

  7. Lor-chidéee dit :

    merci d’avoir écrit tous ces mots qui me restent dans la gorge

    Aimé par 1 personne

  8. ifeelblue dit :

    très très beau billet…
    #jesuischarlie

    Aimé par 1 personne

  9. Uncle Jack dit :

    La liberté de la presse ne s’use que si l’on ne s’en sert pas
    Charlie Hebdo est un hebdomadaire satirique. Largement illustré, il est fait de multiples chroniques mais pratique également le journalisme d’investigation en publiant des reportages à l’étranger ou sur des domaines comme les sectes, l’extrême droite, les religions, la politique, culture…
    Un dessin de presse, en plus d’humoristique, est souvent satirique, invitant à la réflexion ou à la critique politique ou sociale.
    Comme Cabu, Charb, Tignous et Wolinski. Comme Cabu, Charb, Tignous et Wolinski…. Cette « bande des 4 » vient de succomber suite à l’attentat contre les locaux de Charlie Hebdo, le mardi 7 janvier à 11h30. Le journal était en pleine conférence de presse. Pur hasard ?
    Douzepersonnes sont mortes, dont les quatre cités. Parmi les blessés certains le sont gravement. « Ce dernier moment est le notre, et notre agonie est notre triomphe » (Phrase prononcée par Bartoloméo Vanzetti après l’annonce de la condamnation à mort, avec Ferdinand Sacco) Ces douze sont de véritables martyrs. De la liberté de la presse. De la liberté de penser. De la République.
    Les courageux démocrates qui ont délicatement opéré à cette action auraient délicatement prononcé, en partant : « Le prophète est vengé » et « On a tué Charlie Hebdo ». Non messieurs, , vous avez ôté la vie à 12 personnes, mais pour tuer la liberté, c’est une autre paire de manche.
    Je suis un athée pratiquant, il va falloir que je devienne un athée résistant.
    ¡No pasarán!
    Uncle Jack

    Aimé par 1 personne

  10. Bernieshoot dit :

    Liberté !
    #jesuischarlie

    Aimé par 2 people

  11. stéphanie dit :

    Magnifique billet. Très touchant. ❤️ Tu m’as fait pleurer.

    Aimé par 1 personne

  12. Hara-Kiri dit :

    Un putain de bon billet! Merci La Carne!

    Aimé par 2 people

  13. bleuemarie dit :

    beau billet, nécessaire et juste,

    Aimé par 2 people

  14. Pooky dit :

    je suis comme toi, je suis Charlie.
    Tous
    Nous sommes Charlie

    Aimé par 1 personne

  15. meangirl dit :

    Bel article.
    J’aime bien le fait que tu n’ai pas souligné « seulement » le tragique évènement, mais aussi tout ce que ça risque d’ouvrir derrière. Si cet attentat me rend malade de vivre dans un monde pareil, ça me fait aussi gerber de voir Marine Le pen en profiter pour nous resservir la peine de mort, de voir les notables inciter les musulmans à se désolidariser (pourquoi eux plus que les autres, qu’est-ce qu’ils ont à voir avec des intégristes ?), de voir les rageux et les idiots faire des amalgames.
    Toute cette solidarité est belle, mais j’avoue que le fait que ça soit autant relayé sur les réseaux sociaux me fait flipper, parce que je sais aussi que c’est un formidable moyen d’expression pour les gens à la vision étriquée et haineuse.
    Mais je m’égare. Encore une fois, bel article.
    Courage à tous et serrons nous les coudes.

    Aimé par 2 people

  16. Zeb dit :

    Moi non plus je ne lisais pas Charlie… quelques lignes, quand j’allais chez quelqu’un qui l’avait.
    Pour moi aussi, Cabu c’est le Club Dorothée et le grand Duduche que je lisais gamine… c’est surtout sa bonne bouille, ses sourires, son regard doux…
    J’ai mal que 2 vieux messieurs aussi extraordinaires soient morts aussi violemment…
    Je connaissais les dessins des 5 dessinateurs morts hier…

    Je n’arrive toujours pas à croire que l’on tue 12 personnes pour des dessins…

    Et depuis hier je pleure

    Merci pour ton texte

    Aimé par 2 people

  17. Ophélie dit :

    Quel magnifique et émouvant billet !!
    L’horreur de Charlie Hebdo c’est ça !! Ça touche tant de choses… les souvenirs, la sécurité, la liberté d’expression…
    Je ne l’ai pas lu souvent mais cette image de mon père ouvrant, pendant des années, chaque semaine son charlie hebdo ne me quitte pas depuis hier….
    Merci pour ces mots qui résument tout…

    Aimé par 2 people

  18. kiarapapillon dit :

    Ce matin, j’avais la gueule de bois, comme si je m’étais soûlée hier soir. Aujourd’hui, j’avais la migraine. J’ai du mal à m’en remettre. En parler avec les élèves aujourd’hui m’a fait beaucoup de bien.
    #noussommestouscharlie

    Aimé par 1 personne

  19. Mamourblogue dit :

    C’est ça, j’ai peur comme toi, mais il ne faut pas abdiquer… c’est dur…Mais je le sais #JeSuisCharlie pour toujours…

    Aimé par 1 personne

  20. Merci La Carne, je partage parce que je ne sais pas mieux écrire :).
    Il faut que l’on tienne, il faut que l’on résiste et on aurait du le faire depuis un moment..

    Aimé par 2 people

  21. Ping : # Nous sommes CHARLIE | Tribulations d'une quinqua

  22. puce576 dit :

    Merci pour ce texte dans lequel je me reconnais. 💕

    Aimé par 2 people

  23. Très beau texte! Moi aussi, j’ai pleuré. Sangloté, même, seul chez moi cependant la minute de silence.
    Il est normal d’avoir peur. Curieusement, je n’ai pas peur. Ma femme, oui! Ce qu’il faut, comme tu dit, c’est de ne pas se laisser envahir par la peur. Et surtout de ne pas se tromper de colère!
    Bon courage à tous pour traverser ce traumatisme que nous venons de subir!

    Aimé par 2 people

  24. fannyfans dit :

    Qu’on les connaisse, qu’on s’en souvienne, qu’on les aime….peut importe, in fine….car c’est cette putain de liberté d’expression qu’on a voulu ébranler….et bien NON, nous sommes encore tous debout et écrivons pour eux; des milliers écrivent pour ceux qui sont partis, des milliers dessinent, et des milliers vont manifester pacifiquement leur rage, leur colère face à cette barbarie sans nom….alors rdv pendant encore longtemps pour des marches républicaines, pour des dessins, des textes revendiquant cette liberté et ce droit: car depuis 1789, il est inscrit dans notre déclaration des droit de l’homme et du citoyen:  » tout citoyen peut parler, écrire, imprimer librement ». Sommes-nous bien d’accord ?…..

    Aimé par 1 personne

  25. ROUGIER dit :

    Bonjour,
    Sur Huffingtonpost, je viens à l’instant de lire votre article Liberté, Egalité, Fraternité, Charlie ! et c’est exactement ce que je ressens.
    Je tiens à vous remercier d’où mon commentaire.
    Sachez une petite chose, cet après-midi, LE Rassemblement a lieu à 15h dans ma ville et je vais brandir fièrement mon drapeau français en clamant haut et fort votre slogan qui pour moi est si puissant : nous nous sommes levés, nous sommes debout, nous avons osé. Les cons vont perdre !

    Aimé par 1 personne

  26. Blue Edel dit :

    Rien à redire sur ton article… parfait !

    Aimé par 1 personne

UN MOT AVANT DE PARTIR? #CommenterCestTrèsBien

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s