NOS VIES SI CHERES…

284c6f9b
Des jours que je mouline les mots et les phrases pour écrire ce billet. Des jours que je crains d’en dire trop… pas assez… mal. Des jours que mon cerveau oscille entre une peur protectrice et un courage salvateur. Des jours que j’hésite entre ce que je pense et ce qu’il serait bien de penser. Des jours que j’espère que la tendance va s’inverser. Des jours pour arriver au pathétique constat que j’ai peur, et qu’à ce jour, c’est cette peur qui détermine ma vie et rien d’autre.

J’aurai aimé pouvoir dire que la peur qu’ils ont réussi à m’insuffler ne m’empêchera pas d’aller boire un chocolat chaud en terrasse. Mais ce serait malhonnête. Je n’irai pas. Pas tout de suite. Ça me donnerait l’angoissante sensation de jouer à la roulette russe. Je n’ai jamais eu envie de jouer avec la mort. Encore moins si ce n’est pas moi qui décide ou non d’appuyer sur la gâchette.

On nous explique à longueur de journée que la peur est normale mais qu’il faut pourtant continuer à vivre comme avant. On nous assène qu’il ne faut pas céder, qu’il ne faut renoncer à rien, à coup de grandes phrases et de témoignages de gens courageux. Moi, j’ai juste peur.

Ceux qui osent sont des résistants. Suis-je pour autant une vendue? Je ne crois pas. Mais je me sens confuse, incapable de vivre comme avant, en jouant ma vie à pile ou face. C’est au dessus de mes forces. Je lis ce témoignage , ici, et j’ai honte. A ma peur se rajoute la culpabilité de ne pas réussir à la dompter.

Je m’inquiète de tous les dangers qui pourraient faucher mes enfants en plein vol. Je sais que je ne pourrai pas tout empêcher. C’est épuisant. Mais j’ai choisi. J’ai choisi librement de perdre un peu de liberté. Nous n’irons pas voir les vitrines de Noël. Nous n’irons pas voir Mickey. Nous n’irons pas au cinéma. Mourir pour avoir été courageuse n’est pas mon ambition. Etre soulagée d’en être revenue vivante non plus. Je ne suis pas prête à prendre le risque qu’ils soient les 131ème. Je ne veux pas être la 131ème, même pour l’honneur.ob_2c2ecf_534036-575354412506210-527978916-n

J’aimerai me sentir en sécurité. j’aimerai avoir confiance en ceux qui nous protègent. Mais non. Depuis le 13 novembre, on a arrêté et perquisitionné en masse. Les fiches S sortent des placards par dizaines. Des radicalisés libres sont pourchassés.  Et avant le vendredi 13?

Je ne peux m’empêcher de penser qu’il y a eu bien des failles monumentales, des erreurs de jugement, de la négligence, des actions manquées, des pensées désorientées, des moyens manquants. Un pot-pourri-pourri qui a entrainé la mort de 130 femmes et hommes. 130! Pas des juifs. Pas des Charlie. Des nous.

Nos gouvernants, de droite, de gauche, savaient. Ils ne savaient pas où ni quand ni comment, mais ils savaient. Ils savaient que ces humains déshumanisés voulaient faire du chiffre. J’ai cette petite voix au fond de mon cerveau embrumé qui ne cesse de me répéter qu’ils ont joué avec nos vies, sous couvert de manque de moyens et de risque zéro impossible. Il a bon dos le risque zéro. Une bonne communication post-mort-des-autres peut récupérer l’irrécupérable. Je suis cynique? Oui. Entre leur pragmatisme, leurs finances dans le rouge, et leurs pros de la com, il y a de quoi non?  On n’a cessé de nous rappeler que ça nous pendait au nez. Pourtant il n’a tragiquement pas été fait le nécessaire. On nous dit maintenant qu’on ne pouvait pas imaginer l’inimaginable. Je ne les crois pas. Ils l’ont imaginé. Pourquoi avoir attendu LE DRAME pour mettre les moyens sur la table?

On nous demande de ne pas avoir peur. C’est trop me demander. Sans confiance, la peur gagne. Sans sentiment de protection, la peur gagne. Avec tout le respect que je dois aux vigiles qui assurent la sécurité des lieux publics, leur dévouement et leur vigilance ne pourront rien faire face à une Kalachnikov. Avec tout l’immense respect que j’ai pour les forces de l’ordre, vous ne pouvez pas être partout.

Comme tout le monde, je suis horrifiée, bouleversée, triste. Je suis aussi en colère. Une colère sourde qui monte depuis plusieurs mois, depuis un certain 7 janvier 2015. Une colère de plus en plus audible. Après l’émotion, avec le choc, c’est la colère qui a éclaté. D’abord contre ces barbares, une colère mêlée au dégout que m’inspirent ces crevures. Aujourd’hui, je suis aussi en colère parce des bons vivants fêtant un vendredi soir sur la terre ont pu être abattus froidement, avec armes et haine… sans qu’on n’ait rien pu faire, alors qu’on savait.

Depuis, je suis celle qui regarde où elle pourrait se cacher si… et par où elle pourrait fuir si…

Pourquoi-avoir-peur-du-ridicule_image_article_large

On s’était promis, après Charlie, de ne pas oublier. Je n’ai jamais oublié. Pas une journée depuis le 7 janvier sans que je n’y pense. Je n’ai pas oublié non plus que la sécurité de Charlie avait été revue à la baisse… trop couteuse pour trop peu de risque. Pas rentable? Et boum.
Notre sécurité revue à la baisse? Ça nous pend au nez. Une fois l’émotion et les tensions retombées. Quel prix vaudront nos vies si chères?

Je ne viendrai pas avec vous boire ce coup en terrasse. Ma chaise restera vide. J’ai peur. Pardon.

Publicités

A propos La Carne

Retrouvez mes tranches de vie, mes billets d'humour et d'humeur sur www.lacarne.blog ! A très vite!
Cet article a été publié dans MON MOI, MON SURMOI ET MON ÇA, PENDANT CE TEMPS.... Ajoutez ce permalien à vos favoris.

26 commentaires pour NOS VIES SI CHERES…

  1. Egalimère dit :

    J’aimerai juste te serrer très fort dans mes bras pour t’apporter un peu de chaleur et d’humanité dans ces moments douloureux et difficiles. Bisous ❤

    Aimé par 1 personne

  2. axelle57 dit :

    Ça se comprend. Je ne sais pas comment je vivrais la chose si j’étais (proche) parisienne. Je me rassure en me disant que ma petite ville de province n’est pas assez intéressante, symbolique pour des fous. Mais samedi, il fallait ouvrir les sacs à l’entrée des magasins, l’explication du plan vigipirate est affichée devant l’école, je ne peux pas fermer les yeux ni éteindre complètement cette angoisse qui dit « et si ces fous choisissaient justement un endroit moins exceptionnel en terme de tourisme, de symbole politique etc, pour montrer que oui, ils vont frapper n’importe où ?

    Je t’envoie des chaudoudoux, c’est triste que ton retour en Métropole soit assombri par ces évènements…

    Aimé par 1 personne

  3. mamily dit :

    Vous avez trouvé « les mots », moi aussi j’ai peur pour mes enfants qui travaillent à Paris, pour mes petits enfants, pour une fois je suis contente que ma fille et mon petit fils habitent de l’autre côté de la grande flaque. On la sent palpable la peur et les politiques ne nous rassurent pas, je ne sais si on croit en leurs belles paroles.
    Personne ne vous critiquera et les amis vous les verrez chez vous à l’abri.
    Je vous embrasse.

    Aimé par 1 personne

  4. TheMouse dit :

    Mais tu n’as pas à t’excuser d’avoir peur… Moi aussi j’ai très peur… C’est juste que chacun n’exprime pas sa peur de la même manière! Personne n’a à juger de la façon que l’on peut avoir d’exprimer cette peur!
    Pour tous… Seul le temps aidera!
    Bon on aura une autre occasion de te rencontrer… C’est sur, il faut y croire!
    Je te souhaite un bon « cocooning familial »… Le meilleur des traitements contre cette peur!!! 😉

    Aimé par 1 personne

  5. LadyButterfly dit :

    Ce que tu ressens, je pense que bcp le ressentent aussi mais ne l’expriment pas. Il y a un (grand? gros?) mot pour ça: choc post-traumatique. Alors, la colère, la tristesse, la peur, toutes ces émotions, je vais donner dans le cliché mais oui, elles sont normales. et une fois que j’ai écrit cette platitude, je vais ajouter: et alors, ni toi ni moi ne nous sentons mieux pourtant….
    Le temps, il nous faut du temps.
    De gros bisous.

    Aimé par 1 personne

  6. lydouee dit :

    Lis juste ça. Tout discours est superfétatoire. 🙂

    J'aime

  7. CaroSelky dit :

    Moi aussi j’ai la frousse. J’ai donc décidé de ne pas prendre « le risque » (car je considère que c’est en prendre un. Infime soit il) de monter à paris vendredi et de passer le week-end chez Mickey … Des bizouxxx

    Aimé par 1 personne

  8. Je suis dans le même état d’esprit que toi. Et étant en fauteuil roulant, je me sens d’autant plus vulnérable car j’ai le sentiment que je ne pourrais même pas faire le minimum pour sauver ma peau ou celle de ma famille, à savoir, fuir. Les fêtes approchent et moi, j’ai peur… Je t’embrasse si ça peut aider, un tout petit peu 🙂

    Aimé par 1 personne

  9. Ping : Ma chère Carne, | wondersissi

  10. Wondersissi dit :

    Je suis dans le même état d’esprit…. On fait comme on peut je crois….

    Aimé par 1 personne

  11. thalie1975 dit :

    très bel article pour lequel je partage le même avis que toi… oui, j’ai peur… faut vivre avec 😦

    Aimé par 1 personne

  12. fedora dit :

    Tu n’as, à mon sens, ni à avoir honte ni à t’excuser… J’ai des potes qui pensent que la lutte suprême contre le terrorisme c’est d’aller boire des bières… je ne pensent pas… et j’ai peur aussi… je t’ai parlé de mon concert ce mercredi à Pais… le barbare dit « pas de soucis » et moi, j’ai peur… et aucune envie d’y aller !

    Aimé par 1 personne

  13. Bernieshoot dit :

    face à cette barbarie inhumaine, la peur que nous humains ressentons est naturelle et rassurante, nous ne sommes pas comme eux

    Aimé par 1 personne

  14. Tu as réussi à les trouver les mots, les mots justes et vrais .
    Ces mots je suis certaine que nous sommes des milliers, des millions à les penser.
    Par contre, sur le fait de se demander pourquoi nos dirigeants ont attendu ce nombre de morts pour réagir… je crois fortement qu’ils ne pouvaient faire autrement, que si ils avaient mis en place après Charlie ce qui est en train de se mettre en place maintenant, une bonne partie de la population aurait crié au scandale, voir même à la dictature !! La population n’était pas prête à accepter l’état d’urgence et tout ce qui s’en suit.

    Aimé par 1 personne

  15. pomdepin dit :

    Tu n’as pas à t’excuser! Et tu as magnifiquement trouvé les mots.

    Aimé par 1 personne

  16. carrie4myself dit :

    Si seulement on avait pris et garde ces protections. On le savait; je suis furieuse et en colère contre le gouvernement. Leurs mots ne m’ont pas soulage, ni leurs actes.
    Il ne faut pas oublier. On vit dans la peur, chacun va réagir différemment a ca, mais je suis comme toi: aller sur Paris ne me tente pas, pour le moment.

    Aimé par 2 people

  17. Marie O' dit :

    Merci d’écrire, de dire tout haut ce que nous sommes nombreux à penser tout bas, sans oser avouer notre peur. Car autour il y a tous les « bisounours » qui nous montrent qu’eux, ils résistent, qu’eux, ils n’ont pas peur, qu’eux ils retournent au café fièrement et sans une once d’angoisse.
    J’avoue que moi aussi j’ai peur, dans le métro, au café. J’ai peur pour mon fils.
    La peur est naturelle, humaine. On a le droit d’avoir peur, cela ne fait pas de nous des lâches ou des personnes moins bien que les autres. On accepte nos limites et je trouve que c’est déjà pas mal.

    Aimé par 1 personne

  18. Trenty dit :

    Ce qui est dure dans ce que tu écris, c’est ce genre de phrase :

    « J’aurai aimé pouvoir dire que la peur qu’ils ont réussi à m’insuffler ne m’empêchera pas d’aller boire un chocolat chaud en terrasse. Mais ce serait malhonnête. Je n’irai pas. Pas tout de suite. Ça me donnerait l’angoissante sensation de jouer à la roulette russe. »

    « Nous n’irons pas voir les vitrines de Noël. Nous n’irons pas voir Mickey. Nous n’irons pas au cinéma. Mourir pour avoir été courageuse n’est pas mon ambition. »

    Tu part maintenant du principe que ces actes sont des actes de courages de bravoure, alors que c’est simplement la vie, notre vie, celle qu’ils ont voulut détruire. Et si tu ne le fais plus (pas par bravoure ou pour montrer que tu ne laissera pas faire), ils auront réussit à t’ôter une partie de ta vie.
    ok, par rapport à ceux qui ont perdu la vie, ça n’est rien

    Pour ma part, je ne parle pas de courage, de bravoure, de résistance, mais simplement de vivre.

    Nos arrières grand-parents (pour certain) , on était courageux, on fais preuve de bravoure, on résistait.
    Nous on vie.

    Allez, bisous et je te souhaite de reprendre ta vie sans avoir peur :-*

    Aimé par 1 personne

  19. Loreleï dit :

    je suis tellement d’accord avec chaque virgule, chaque mot que tu as écrit, je n’aurai pas dit mieux….
    Mais jusque quand devra-t-on se cacher chez soi?
    J’aimerai tellement reprendre une vie « normale » même si plus rien ne sera jamais comme avant et qu’on n’oubliera pas….

    bisous

    Aimé par 1 personne

  20. lym06140 dit :

    Soulagement, je ne suis donc pas seule à avoir peur. J’ai encore plus honte d’avouer cette peur que je ne suis pas parisienne mais niçoise. Et pourtant j’ai peur. J’avais prévu un voyage en famille entre Noel et Nouvel An à la capitale, que je viens d’annuler car comme tu le dis si bien je n’ai pas envie de jouer à la roulette russe.
    Alors oui en lisant ton article je suis soulagée de ne pas être la seule à avoir peur….

    Aimé par 1 personne

  21. Le Chat Rose dit :

    Je l’avoue. J’ai peur aussi ! Ce week-end je suis sortie, c’était un week-end prévu depuis quelques semaines alors je n’ai pas souhaité annuler et puis je me suis dit que ça me ferait du bien. Finalement, il y a eu une alarme incendie qui s’est déclenchée dans la rue et avec mon amie nous avons hésité à continuer, puis les enceintes ont fait un bruit étrange suite à un bug et là notre échange de regard a suffit pour que je comprenne qu’elle aussi elle n’était pas si rassurée, et puis une voiture aux vitres teintées s’est arrêtée devant la boîte où nous attendions, forcément un gros « blanc » s’est imposé là comme ça, nous laissant d’un coup sans voix … Et oui, j’ai eu peur. Alors je ne dirais pas que ça m’empêchera de sortir à nouveau, mais ce n’est désormais plus pareil. Je ne sais pas si j’étais prête. Quoiqu’il en soit, pour arrêter déjà d’y penser en boucle, j’ai arrêté la télé et ça va déjà tellement mieux ! 😉

    Aimé par 1 personne

  22. Tu as juste raison ! Tout pareil.

    Aimé par 1 personne

  23. Ping : Dimanche 2.0 #3 - Cocoon et moi

  24. Martine Delanne dit :

    les jours, les mois, les années passent mais pas la peur ;même à 22.000 kms j’ai peur pour vous, j’ai peur pour nous juste parce que nous ne sommes rien pour les dirigeants de nos différents pays….

    J'aime

UN MOT AVANT DE PARTIR? #CommenterCestTrèsBien

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s