CES PETITS RIENS QUI CHANGENT PRESQUE TOUT…

Je préfère aux repas et rencontres organisés les repas et les rencontres improvisés. Ils ont ce petit « bonus » qui donne l’impression de voler un moment de bonheur à la vie. Tu ne les as pas vus arriver. Tu ne les as pas attendus. Tu ne les as pas préparés. Tu les vis, tu les prends comme ils viennent, simplement, sans prise de tête. Le pied quoi.

Cutout paper chain family with the protection of cupped hands, concept for security and care

Mais si on attendait ces imprévus pour vivre des bons moments, comme dirait ma mère, on ne serait pas sorti de l’auberge. Ma mère est une grande philosophe des temps modernes. Alors ces instants, on en crée. On en prépare. On en attend beaucoup, avec l’espoir que « ça se passe bien » , voire carrément, pour les plus ambitieux, « super bien » .

Je ne suis pas proche de mes parents. J’ai un sac plein de merdes à vider à leur sujet. Un lourd sac, bien trop rempli. Un sac encore souvent trop lourd à porter par mes épaules. Mais voilà, mes enfants les aiment… et eux aiment mes enfants. Tu vois où je veux en venir?

Pendant toutes les vacances, les enfants ont réclamé leurs grands-parents. Mes parents (donc)(ceux de l’homme, c’est une autre histoire). Hors de question d’aller chez eux. Pas d’envie. Pas le temps de passer 5 heures sur les routes pour aller et revenir de chez eux, pour les voir. Leur proximité physique m’est difficile. Très. Mais voilà… les gosses…

Samedi midi, sur un coup de tête, j’ai proposé à l’homme d’inviter mes parents à déjeuner le lendemain. L’homme a dit oui. Il dit rarement non. Quand il n’est pas d’accord, il ne dit rien. J’ai demandé à la 6 ans d’appeler ses grands-parents pour les inviter, certaine que, du jour pour le lendemain, ils seraient déjà pris, savourant d’avance ma conscience maternelle tranquille.

Mes parents étaient libres. Libres et ravis. Ils ont accepté. Libres? Z’avaient pas un vieil ami à voir? Une réunion de famille hebdomadaire coutumière? Libres? Et merde! L’homme a paniqué. « Quoi faire à manger? » . C’est le genre de panique qui me passe toujours haut dessus de la tête… bien au dessus. Vers l’infini et au-delà même, comme dit souvent mon vieil ami Buzz.

L’homme qui avait envie de s’offrir un appareil à raclette à profiter de l’occasion pour se faire plaisir. Au menu: raclette (donc), galette et mojitos… le tout fait maison. Mieux, le tout made by l’homme. Pardon? Moi? La cuisine? Mais si je sais! Nan mais! C’est la porte à droite après l’entrée! Tu vois que je sais!

Mes parents sont arrivés, souriants, contents. Les enfants leur ont sauté au coup. J’ai pris sur moi. Mon dos s’est raidi.

communicate4

Et puis… et puis les enfants ont montré la maison, leurs chambres, leurs jouets. Les 7000 km qui les séparaient il y a encore peu de mes ancêtres ne leur ont pas permis souvent ces moments « d’ensemble » quotidiens. Alors ils ont profité. Mes parents aussi. L’apéro est arrivé, avec ses mojitos. C’est bien le mojito. Ça détend. On a papoté, ri un peu et bu beaucoup (ou le contraire, je ne sais plus). Le repas racletté a continué sur cette même lancée. Pour digérer une balade sous la pluie dans ma forêt s’est imposée. Ensuite on a joué aux cartes devant le feu de cheminée. Ils sont finalement restés diner. les enfants se sont couchés RA-VIS et moi, contre toute attente, plutôt sereine.

Le sac trop lourd plein de merdes qu’ils m’ont collé sur les épaules est toujours là. La colère et une forme de dégoût aussi… mais hier j’ai compris que malgré tout ça, en prenant un peu sur nous, on pouvait passer de bons moments ensemble.

Malgré nos histoires, nos rancoeurs du passé pas encore passées, nous avons réussi à partager un moment positif. Nous avons réussi à faire du neuf avec du vieux. A défaut de construire un futur, nous avons profité du présent. Qui sait (attention, scoop!), à coups de petits présents l’avenir sera peut-être plus souriant…

 

Publicités

A propos La Carne

Retrouvez mes tranches de vie, mes billets d'humour et d'humeur sur www.lacarne.blog ! A très vite!
Cet article a été publié dans PENDANT CE TEMPS.... Ajoutez ce permalien à vos favoris.

30 commentaires pour CES PETITS RIENS QUI CHANGENT PRESQUE TOUT…

  1. Audrey dit :

    Très joli, texte, merci !
    (J’ai moi aussi un sac familial bien lourd à porter…)

    Aimé par 1 personne

  2. Egalimère dit :

    J’aime beaucoup « A défaut de construire un futur, nous avons profité du présent ».

    Aimé par 1 personne

  3. unicks79 dit :

    une rencontre à la fois, c’est encore le mieux 🙂

    Aimé par 1 personne

  4. Ginie dit :

    Mon sac se rempli petit à petit… et moi qui tentais rester proche d’eux malgré tout, pour ne pas avoir de regrets dans le futur, je me demande aujourd’hui si je dois m’éloigner un peu plus… peut-être que s’éloigner (bon je suis quand même à 2000 km mais je viens souvent les voir tout ça) me permettra de mieux savourer les moments et oublier le sac de merde…

    Aimé par 1 personne

  5. carrie4myself dit :

    Petit bout par petit bout, a petite dose, ca peut etre intéressant, positif 😉

    Aimé par 1 personne

  6. Audrey AòDaìLì dit :

    Également très touchée par ce texte… comme si je l’avais écrit.
    Un sac bien lourd à porter , souvent ,
    mais que je mets de côté , parfois ,
    pour passer ce genre de moment. Éphémère certes , car le sac est finalement toujours la (ça ne s’efface pas en une bonne journée. …) Mais cela a permis de profiter du présent, quelques heures. Merci La Carne, pour tes mots (maux? ) qui rassurent .
    et bonne année à toi 😉

    Aimé par 1 personne

  7. Trenty dit :

    Comme quoi quand on fais table rase du passé, on peut des fois mieux vivre 😉

    Ton mec fais la bouffe, mais il faut l’épouser !!!
    Ah oui, c’est déjà fait 🙂

    J'aime

  8. Val1603 dit :

    Merci pour ce que tu écris.
    J’aurais pu aussi l’écrire cette phrase, pendant les fêtes de fin d’année : « Malgré nos histoires, nos rancoeurs du passé pas encore passées, nous avons réussi à partager un moment positif ».
    Et c’est sans doute cela qu’il nous faut retenir, au moins pour les enfants…

    Aimé par 1 personne

  9. CaroSelky dit :

    Joli chemin pour un bon moment en famille. Bravo

    Aimé par 1 personne

  10. Très jolie témoignage dis donc! Hé oui j’aime bien tes dernières phrases. Le présent, juste l’instant-présent peut nous faire oublier un petit temps les « merdes » et les « soucis ». Pleins de courage à toi et bonne année!

    Aimé par 1 personne

  11. fedora dit :

    Je suis contente de lire ça… j’ai eu peur un moment que l’alcool aidant… vous n’ayez pas profité du présent. Moi, je ne peux pas comprendre : j’ai pas d’oignon à éplucher avec mes parents. Mon pire truc avec eux, c’est de le voir vieillir… et partir petit à petit… Mais j’entrevois ce que tu dis « grâce » à BM… La poulette l’aime bien. Pour l’instant, j’ai envie de dire… Le barbare ravale sa merde et moi, ben moi, j’attends d’un jour lui dire que c’est une vraie plaie…

    J'aime

    • La Carne dit :

      nous avions bu juste ce qu’il faut pour être détendu… pour le plaisir… mais pas assez pour que ça ne tourne mal. Un mojito et un petit verre de vin… sur une journée… ça va. 🙂 Moi j’ai arrêté de ravaler ma merde. Je la vomis dés qu’on me tend une perche…

      J'aime

  12. pomdepin dit :

    Ravie pour toi! Et admirative aussi. Il faut beaucoup de tolérance et de douceur pour en arriver la (et je n’y suis pas).

    J'aime

  13. Sophie dit :

    Elle est chouette ta chronique de vie :), elle donne de l’espoir, les enfants arrivent à nous faire faire n’importe quoi parfois, parfois de belles choses.

    Aimé par 1 personne

  14. Loreleï dit :

    C’est une jolie histoire… Moi c’est avec mes beaux parents que j’ai beaucoup de mal, je suis toujours très stressée quand je dois les voir, et puis finalement, souvent ça ne se passe pas trop mal….
    bizzz

    J'aime

  15. Marie Kléber dit :

    Comme quoi parfois la vie nous réserve quelques surprises. Même si les souvenirs et les bagages sont chargés à bloc, il suffit de presque rien pour changer un instant en quelque chose de pas mal du tout!
    Les enfants nous y aident un peu aussi…

    Aimé par 1 personne

  16. C’est chouette à lire 😉
    Bises.

    Aimé par 1 personne

  17. Je préfère quand tu nous décris ta mère au concert de Michel Delpech! Elle avait l’air terriblement sympa pourtant!
    Sérieusement, c’est bien de faire des efforts. Si tes enfants les aiment , ils doivent en valoir la peine. 😉

    J'aime

  18. babidji dit :

    moi qui suis très très proche de ma mère sans qui ma vie ne serait pas possible (elle garde les filles chez nous 1 mois 1/2 l’hiver qd on est en marché de Noël et 2 chez elle l’été) je ne comprends pas à quel point on peut foirer sa parentalité pour en arriver là ! ça me fait juste flipper pour mes filles plus tard ! ne pas devenir conne quoi ! Ma mère assure grave ! car elle est super présente sans jms être envahissante (c’est pour ça aussi que l’Homme l’adore) … bien sûr qu’on s’engueule et que parfois elle me tape sur le système mais dans le fond je ne pourrais pas vivre sans elle ! sinon comme Egalimère j’adore ta dernière phrase !

    J'aime

  19. Snoph dit :

    Bonsoir, bonsoir,
    Je ne sais pas comment je suis arrivée là, mais ce billet résonne très fort en moi et je suis « admirative » que vous ayez pu passer un moment positif.

    J’ai fait un « très » gros effort pour Noël, en proposant qu’il se fasse chez moi. Au final un stress qui a déclenché un abcès dentaire (oui, oui), un moment « très chaleureux et familial » pour ma mère alors que moi j’ai trouvé ça « poli et cordial », sans compter sur le sac plein de merdes à vider qui m’a scié les épaules tout le temps de leur séjour, car si je l’avais posé à terre il aurait explosé…
    Je crois qu’il va me falloir plus de temps encore, mais je suis heureuse que tu aies su profiter du présent. Pour mes enfants il me tarde d’y arriver.

    J'aime

    • La Carne dit :

      je te lis… et je me dis qu’en réalité, c’était sans doute, de mon côté, plus poli et cordial que chaleureux… Pour noel je n’aurai pas pu… ni chez moi, ni ailleurs! dans tous les cas, vider son sac, d’une manière ou d’une autre, ça fait du bien… la plupart du temps… plein de courage!!

      J'aime

UN MOT AVANT DE PARTIR? #CommenterCestTrèsBien

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s