L’HISTOIRE DE LA GOUTTE D’EAU QUI AVAIT FAIT DEBORDER LE VASE

-Tu rentres à quelle heure?
-Je suis encore au bureau. Je pars dans 10 minutes.

Je raccroche. Un truc me chiffonne. Je reconnais cette voix. Je rappelle. Pas de réponse. Je rappelle encore. Pas de réponse. je rappelle encore (je suis tenace), il décroche:

-T’es où?
-Dans la rue, je marche vers la gare.
-T’étais pas au boulot?
-Hein?
-T’étais pas au boulot!
-Hein… nan… euh… j’étais dans un bar avec un collègue.
-Tu me prends vraiment pour une conne, connard!

Une heure plus tard, l’homme arrive, tranquille. Les enfants et moi avons fini de manger. J’ai méticuleusement veillé à ce qu’il ne reste rien pour lui. Exceptionnellement, le 12 ans a eu droit à une triple ration d’oeufs brouillés au fromage. J’ai par ailleurs épargné la 8 ans qui n’aime pas les oeufs. J’étais en terrain conquis. Quand il a commencé à taper la discute ni vu ni connu j’t’embrouille, l’homme avançait en terrain miné.

Ce qui devait arriver arriva. Je suis prévisible (comme la pluie qui gâche toujours le beau temps). Je me suis énervée, normal. Nous avons un rituel bien établi qui fait de moi la méchante en toute circonstance: Il déconne, fait genre tout va bien, je m’impatiente, je m’énerve. Je suis donc la méchante parce que je crie et j’accuse. Un classique du genre.

Je l’interroge. Pourquoi a-t-il menti alors que jamais je n’ai jamais reproché ce genre de plan?! Il fait ce qu’il veut. Je râle juste quand il oublie de prévenir et qu’ils nous laissent attendre comme des cons à la maison. Un classique du genre.

Après avoir admis qu’il n’avait aucune raison pour avoir menti, l’homme a voulu me raconter la genèse de ce mensonge. Pour faire passer la pilule. Une histoire bidon, sans intérêt, qui ne justifie rien, n’explique rien et n’excuse rien. Il le sait, mais il aime faire ça (un classique du genre). La force de l’habitude m’impose de lui demander de se taire et lui assène qu’il doit vraiment arrêter de se foutre de moi. Je reste donc, encore, la méchante. Un classique du genre.

Je sais quand il ment. Il sait que je sais. La force de l’habitude. A une époque, coincé entre sa mère et moi, il mentait sans relâche. Par lâcheté. J’ai tellement entendu sa voix mensongère que je la dépiste, contre mon gré. Comment peut-il encore croire que ça passera? Un classique du genre.

Il me reproche de crier (pas toujours faux), de ne pas avoir confiance en lui. Je lui reproche de ne pas comprendre pourquoi je n’ai plus confiance. C’est parfois terriblement vicieux la force de l’habitude. Ça vous prend sournoisement, sans prévenir. Ça se transforme en une crispation presque douloureuse. Souvent, quand il ment, je ne dis rien. Je laisse courir. Quand le mensonge de trop arrive, calme et insupportable, j’explose… ce qui conforte tout le monde dans l’idée que je suis décidément la méchante. Un classique du genre.

Son grand truc est d’affirmer quelque chose dont il n’est en réalité pas du tout certain. Il affirme pour faire pencher la balance de son côté. Quand il a eu ce qu’il voulait, il annonce que, oups, ça n’est pas sa faute, mais, oups, ce qu’il avait dit n’est finalement pas totalement vrai. Il ment par commodité. Il ment par lâcheté. Il ment par paresse. Il ment par habitude, par reflex. Il doit y avoir un terrain génétique, un truc familial. J’avais espéré qu’il soit épargné. Vain espoir.

A ses mensonges se greffent ses célèbres, que dis-je, ses mythiques « ça ne sert à rien » . Pour être plus précise, ses mensonges couvrent ses « ça ne sert à rien » . C’est épuisant.
Des exemples? A la pelle! Vous allez rire #IronieMonAmie.

Nous avons trouvé notre premier chien dans la montagne. Pas encore dressé, je le promenais en laisse, par sécurité. J’implorais l’homme d’en faire de même, mais ça le soulait (trouver la laisse (toujours à la même place), mettre la laisse, tenir le chien en laisse… c’est usant!). Un jour il m’a appelée. Notre chien s’était fait écraser par une voiture. Il est mort sous mes yeux, à cause d’une laisse non mise. Ça ne lui a pas servi de leçon. Il fait pareil avec notre autre chien, celui que nous avons trouvé dans la rue.

Un autre exemple? Quand nous sommes arrivés en métropole, la 8 ans (6 à l’époque) a refait une crise de douleurs. Nous ne savions pas encore ce qu’elle avait. C’était la nuit. L’homme l’a emmenée aux urgences ; je suis restée à la maison avec le 12 ans (10 ans à l’époque). J’ai détaillé toutes les informations à dire aux docteurs. L’historique. A sa demande, j’ai écrit une liste et lui ai envoyée par SMS. J’ai insisté toute la nuit pour qu’il n’oublie rien.
Il est rentré au petit matin. La 6 ans hurlait toujours de douleur, avait subi un lavement pour constipation (alors qu’elle était traitée pour une gastro entérite! Mais l’homme a estimé que ça ne servait à rien de le signaler). Il n’avait rien dit aux médecins de l’historique. Sa défense a été sans appel: « ça ne sert à rien. ça lui passera comme à chaque fois! C’est bon! » . Un classique du genre.
Quand je lui ai dit que, du coup, je retournerai chez le médecin, il m’a expliqué que c’était n’importe quoi.
Notre médecin traitant m’a gentiment fait la leçon parce que rien de ce que je lui avait expliqué n’avait été dit aux médecins de l’hôpital. Elle m’a renvoyée avec la 6 ans sous le bras aux urgences, avec un courrier.Aux urgences, j’ai tout expliqué, encore. J’ai eu droit, encore, à un sermon.
Forcément, quand je veux régler mes comptes avec l’école parce qu’elle a laissé ma gosse souffrir sans rien faire (malgré son PAI), il hésite. « Tout ça pour quoi?! » . La charge mentale, le fameux concept à la mode, je connais. Je sature. Je pourrais aligner les mensonges et les « ça ne sert à rien » sans fin, mais je vais m’arrêter là.

Et puis non. Un petit dernier pour la route pour le fun. Quand il a voulu acheter la maison où nous vivons, je n’étais pas d’accord. Je ne voulais pas d’une maison. Je déteste jardiner, m’occuper des extérieurs. Il m’a dit qu’il le ferait, que ça lui plaisait à lui. Dans notre ancienne maison, sur l’ile, il a fini par payer un jardinier, bref. Je lui ai dit que je savais qu’il ne le ferait pas (cette foutue force de l’habitude). Il a crié au scandale, à l’injure, à l’accusation injuste, au manque de confiance! Résultat? Notre jardin est une horrible cour des miracles dans laquelle je m’esquinte le dos régulièrement et vers laquelle je dois pousser l’homme, histoire de bien entretenir mon statut de méchante.

En matière d’éducation? Pas de miracle. Rien n’échappe à un petit arrangement avec la vérité ou à un « ça ne sert à rien » ! Il a des principes (youpi), que je partage (youpi). Mais dés que ces salauds de principes imposent de lever les fesses du canapé et les yeux de l’écran d’ordinateur, ils deviennent inutiles, futiles, désuets (youpi pas). Je suis donc celle qui dit non, puisque dire « non » c’est trop crevant. La méchante tu te rappelles?

Plus le temps passe, je vois l’homme comme un menteur, un paresseux, un manipulateur. Plus il vieillit, plus je vois en lui sa mère. Et ça, c’est insupportable.

Mon petit bonhomme, ton petit mensonge a été la petite goutte d’eau qui a fait déborder le gros vilain vase, trop rempli depuis trop longtemps.

Publicités

A propos La Carne

Retrouvez mes tranches de vie, mes billets d'humour et d'humeur sur www.lacarne.blog ! A très vite!
Cet article, publié dans PENDANT CE TEMPS..., est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

45 commentaires pour L’HISTOIRE DE LA GOUTTE D’EAU QUI AVAIT FAIT DEBORDER LE VASE

  1. Salut, je n’avais pas osé te demander pourquoi tu avais rayé « amouré dans ton post du EEV… je comprends mieux à présent. J’espère que de l’écrire t’a fait du bien

    Aimé par 1 personne

  2. Stéphanie dit :

    Oh la la! Tu es bien patiente ma chère.
    J’ai l’impression que les hommes sont tous paresseux et insouciants. C’est automatique que la femme passe pour la méchante puisqu’on ne se fiche pas de tout. C’est le genre de choses difficiles à vivre au quotidien.
    Bisous

    Aimé par 1 personne

  3. Inclassable dit :

    bel article merci !!!!

    Aimé par 1 personne

  4. audrey dit :

    ah là là, j’eu connu …aujourd’hui solo, j’essaye d’éduquer mes 2 garçons en leur enlevant le poil de la main mais ouch, ouch que c’est dur, je crois que c’est de naissance cette flemm’attitude chez certains hommes…faut faire avec très souvent, ruser pour trouver des motivations, chez l’ado on peut encore négocier certains trucs : une pièce de monnaie, le nouveau jeu qui te réclame depuis un bail, mais bon c’est totu aussi fatigant que de tout le temps avoir à negocier.
    Courage ma belle

    Aimé par 1 personne

  5. Cécile C dit :

    Bonjour,
    Ça m’attristeh de lire ton article. J’espère que tu trouveras une solution. C’est moche ce qui vous arrive.
    Plein de pensées positives pour toi.

    Aimé par 1 personne

  6. Catwoman dit :

    Mon dieu que ça doit être usant … Je compatis !!! Courage ma Carne ❤

    Aimé par 1 personne

  7. fredmal dit :

    ouchhh , le moral est bas ; c’est toujours facile d’être la méchante de quelqu’un qui se la joue cool ( je comprends trèèès bien ton ras-le-bol ) mais qui en fait se repose sur toi outrageusement .courage à vous et essayer de se relaxer (oui je sais c’est facile à dire ).Frédérique

    Aimé par 1 personne

  8. Maud dit :

    Courage je n’ai pas à te dire autre chose…. Je ne me permets jamais de juger les gens.

    Aimé par 1 personne

  9. delphdolce dit :

    Outch…
    Je compatis, je ne supporterais pas ces mensonges inutiles en plus…
    La mauvaise foi, la non implication…
    courage. J’espere qu il va prendre une petite décharge et que vous allez pouvoir parler…
    D.

    Aimé par 1 personne

  10. Aggie dit :

    Dur, dur, c’est normal que tu satures 😦
    Ca fait d’ailleurs longtemps que tu satures…
    Pouvez-vous envisager une thérapie conjugale? Ou peut-être que ton mari fasse un diagnostic TDA/H (ça pourrait expliquer sa flemme et le non respect de consignes…).
    Enfin bref j’espère que tu trouveras « une piste » qui te conviendra.

    J'aime

  11. sandmayer dit :

    Tu dois être triste, je suis désolée de ce qu’il vous arrive et j’espère que tout va rentrer dans l’ordre.

    Aimé par 1 personne

  12. Marie Kléber dit :

    Une goutte c’est pas grand chose et pourtant…
    C’est toujours facile de passer pour la méchante de l’histoire. Le retournement de situation – beaucoup d’hommes en sont très friands.
    Allez, haut les cœurs!

    Aimé par 1 personne

  13. Bon… Je ne vais rien dire parce que sinon je vais dégobiller ici ce que ça me fait ressentir et ce ne sera pas joli joli!! Je suis la méchante aussi, je m’y suis faite et j’ai même fini par le croire!

    Aimé par 1 personne

  14. Sandra dit :

    je comprends en fin le comment du pourquoi de tes friday feelings. La colère je connais je compatis, le sentiment d’être seule alors qu’on est en couple aussi…et la détestation de belle-mère n’en parlons pas!!!
    Bises

    Aimé par 1 personne

  15. Sophie dit :

    Seraient ils tous les mêmes? 😐😐😐

    Aimé par 1 personne

  16. Mélina dit :

    j’aime me promener sur votre blog. un bel univers. Très intéressant. vous pouvez visiter mon blog naissant ( lien sur pseudo) à bientôt.

    Aimé par 1 personne

  17. axelle57 dit :

    O M G ! Je te souhaite plein de courage (ça résonne fort en moi ton histoire – j’ai beaucoup été la méchante aussi, celle qui criait, qui n’était jamais satisfaite, qui supportait/gérait tout… – ça va mieux maintenant, j’ai changé d’homme. je ne dis pas que c’est LA solution, ça a été celle qui me convenait).

    Aimé par 1 personne

  18. je dirai (euh un coup de poêle entres les yeux c’est bientôt la chandeleur ni vu ni connu, c’est bien non? je déconne) un homme reste une homme. Et non tu n’es pas méchante tu es une femme, « classique du genre » j’aime beaucoup.

    Aimé par 1 personne

  19. carrie4myself dit :

    Laisses faire. Tant qu’il apporte son salaire et que vous pouvez vivre, profites en.
    Commences a voir comment te sortir de ca, mais tant que tu as un toit, de quoi nourrir tes enfants, toi, payer les factures etc. c’es le principal. Qu’il veuille sortir, mentir, laisse le faire. Oublie le pour les taches. Geres comme si tu vivais jute avec tes gamins.
    Ce n’est pas ce que tu voulais, certes, donc commences a planifier ton futur de maniere aussi confortable que possible.
    Courage Miss

    Aimé par 1 personne

  20. sweetiejulie dit :

    Bah… Je comprends que le vase déborde. Avec tous ces exemples que tu listes, tu ne peux pas te dire que tu passes pour la méchante : tu passes plutôt pour l’adulte responsable qui doit gérer un foyer et lui pour celui qui se laisse vivre, n’assume pas et ment par dessus le marché… Lui arrive-t-il de s’excuser ? De réaliser que ça va trop loin ?
    Je te souhaite bon courage, je te trouve bien forte de tenir ainsi le coup…

    J'aime

  21. Oh quelle patience…! J’espère que d’écrire ça t’aura fait du bien…. bon courage ❤️

    Aimé par 1 personne

  22. Kiara Papillon dit :

    Quand le vase déborde, c’est qu’on a été bien trop patient.

    Aimé par 1 personne

  23. lyloo dit :

    La patience à ses limites ma Carne, il arrive un moment où trop c’est trop. Je n’ai pas de solutions à te donner chacun vis sa vie comme il veut et surtout comme il le peut. Je peux juste te souhaiter bon courage et surtout prend soin de toi personne ne le fera pour toi. Je t’embrasse ma Carne

    Aimé par 1 personne

  24. Vae Soli dit :

    Ca doit être tellement usant pour toi.
    Tu dois n’en plus pouvoir :/
    Je me demande combien de temps tu supportes/subis ça.
    Je te souhaite beaucoup de courage en espérant que ça ira mieux :/ (mais bon..)

    Aimé par 1 personne

  25. Cosmique Aileza dit :

    De l’utilité des blogs quand la coupe est pleine…
    Je t’embrasse ❤

    Aimé par 1 personne

  26. Fluffy dit :

    Je suis moi aussi plus que saoulée de mon mari et à 2 doigts de divorcer donc je te comprends totalement….

    Aimé par 1 personne

  27. mcristina dit :

    Aie…pour écrire tout ça, tu dois être vraiment à bout…J’imagine que le dialogue est impossible à ce stade?

    J'aime

  28. Ping : POURQUOI JE NE LE QUITTE PAS? | LA CARNE – LE BLOG

  29. Barbara dit :

    Bah ça me rappelle tellement de choses.. Lui le gentil serviable souriant et moi la méchante insatisfaite… J’ai mis 10 ans à le quitter, à y penser, à l’excuser, à m’autoaccuser, à chercher des solutions, le dialogue.. Et puis 4 enfants quoi.. Bref, c’est pas facile, même presque 2 ans après mais je ne regrette rien, comme dira l’autre. Je te souhaite le meilleur quoi que tu décides (ou pas) :*

    Aimé par 1 personne

  30. Cari dit :

    Hé bien, avec tout ses exemples, moi aussi j’aurai péter un câble! Surtout le coup de ta fille à l’hopital. Je n’ai rien à dire juste des bisous et du courage ♥

    Aimé par 1 personne

  31. Distrayante dit :

    Je n’ai malheureusement pas de conseils à te donner, mais je comprends ton ras-le-bol, et j’espère que ça va s’arranger pour toi.

    Aimé par 1 personne

  32. Aldor dit :

    C’est désolant. J’ai longtemps été comme ça.

    Aimé par 1 personne

UN MOT AVANT DE PARTIR? #CommenterCestTrèsBien

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s